• Pierre

Un histoire de chasteté avant les vacances 3/3


"Maintenant, allonge-toi sur le lit et dis-moi si tu peux voir quelque chose." "Je ne vois que mes pieds", disait-elle en mentant. Je me dirigeais vers la tête du lit, je tirais ses poignets liés au-dessus de sa tête et je l'attachais à la corde que j'avais fixée là plus tôt dans la journée. "Alors, c'est pour ça que tu es venue ici aujourd'hui, n'est-ce pas ?" "Silence", disais-je, "Je ne t'ai pas donné la permission de parler." Sa bouche se refermait, mais elle souriait, sachant qu'elle avait franchi la ligne maître/esclave. J'attachais chacune de ses chevilles au poteau du lit, comme je l'avais imaginé plus tôt.


Ensuite, j'ai grimpé sur le lit entre ses jambes ouvertes et j'ai commencé à les caresser lentement. Chacune de mes mains se déplaçait doucement de haut en bas sur les côtés de son corps, de ses chevilles jusqu'à ses aisselles. Cela chatouillait mais titillait aussi ses nerfs comme une décharge d'électricité à basse tension. Finalement, je touchais son doux monticule et je passais mes mains au centre de son corps et sous son soutien-gorge. J'ai fait glisser le soutien-gorge vers le haut et j'ai saisi chacun de ses tétons, tout en me penchant pour embrasser lentement sa douce bouche avec la langue. Ma queue se tendait dans sa cage, mon lubrifiant naturel s'écoulant du bout de ma queue. "Peut-être que tu devrais me déverrouiller pour que tu puisses me sucer, tu aimes me sucer, n'est-ce pas, Déesse ?" Je disais en la taquinant sans attendre de réponse. Je fouillais alors dans ma poche et en sortais une paire de pinces à tétons. Je tire sur ses tétons et applique une pince sur chacun d'eux. Sa tête s'est retournée tandis qu'elle a poussé un gémissement de douleur et de plaisir.


Je redescendais entre ses jambes et commençais à lécher et à embrasser l'intérieur de ses cuisses. Elle commence à faire ce joli roucoulement qu'elle fait quand je fais quelque chose qu'elle aime. J'ai commencé à passer ma langue de haut en bas sur ses jolies lèvres, prenant le temps de taquiner les plis près de son clito niché. Sans prévenir, j'ai sucé fort son clito, la faisant haleter bruyamment. "Je vais t'emmener au bord de l'orgasme, encore et encore ce soir. Et quand je pense que tu en as eu assez, je vais me débloquer et te pénétrer lentement, mais je ne vais laisser aucun de nous deux jouir." Et je continuerais ainsi aussi longtemps que nous pourrions tenir tous les deux. C'était un fantasme fantastique, si je puis dire.


Je pouvais l'entendre dans la pièce d'à côté passer les "ok" qui mènent aux "good by". Ma bite se tendait contre mon tube de chasteté. "Désolé pour ça chérie. Maman n'a pas eu une bonne journée. Tu sais comment c'est. On va sortir les apéritifs et tu pourras couper les cartes." Finalement, j'ai failli crier à voix haute, mais j'ai eu la sagesse de ne pas le faire. Me sentant trop confiant de mon petit rêve éveillé, j'ai tendu la main pour couper le jeu. Je lui ai souri, j'ai coupé le jeu et je lui ai montré la carte.


"Oh, un dix de trèfle, c'est dommage bébé, voyons quarante-deux plus dix font cinquante-deux. Comme un jeu complet." Oh mon Dieu, j'ai pensé, je ne peux pas croire que c'est un dix. Ma bite se dégonfle d'elle-même. "Oui, un jeu complet, comme j'aimerais en avoir un." Je me marmonne des choses incohérentes. "Plus de chance demain", je dis clairement. "Et si je nous préparais quelque chose sur le grill ce soir ?" Elle me caresse le dos, se penche et me donne un de ses plus beaux baisers. "C'est pour ça que je t'aime tant, tu me comprends vraiment." Je remets la terrasse dans sa boîte pour demain. "Au fait, pourquoi étais-tu dans la chambre d'amis aujourd'hui ?" "C'est quelque chose que tu devras attendre un autre jour pour le découvrir, ma petite déesse. Tu devras juste être patiente ma chère, tout est question de patience tu sais." Je souris d'un air entendu.