• Pierre

Un histoire de chasteté avant les vacances 2/3


Après plusieurs minutes de brassage, elle a posé le jeu sur la table, mais l'a ensuite recouvert de sa main. Qu'est-ce qu'elle fait maintenant, me suis-je dit ? Elle a siroté son vin et a commencé à me raconter sa journée. J'ai écouté (plus ou moins), tandis qu'elle continuait à me fixer dans les yeux. Pourquoi prolonge-t-elle cela, sait-elle ce que j'ai prévu ? Peut-elle lire dans les pensées ? "S'il vous plaît, s'il vous plaît, laissez-moi couper le jeu." Je l'ai supplié.


Elle a pris le paquet comme si elle allait me le donner, mais elle a ri et a commencé à le mélanger à nouveau. J'ai gémi bruyamment. "Patience, chéri, c'est de ça qu'il s'agit, non ? Pourquoi ne pas sortir la carte de pointage et me dire combien de jours tu as accumulés jusqu'à présent cette semaine." Comme si j'avais besoin de la carte de pointage pour savoir combien de jours. "42 et je compte, chère Déesse." J'ai souri faiblement, "Je n'ai pas vraiment besoin de la carte pour m'en souvenir." Je me suis levé de table et j'ai apporté la carte pour lui montrer le nombre. "Et un stylo bébé, j'ai besoin d'écrire ton nouveau numéro ce soir." Je suis allé chercher un stylo et l'ai placé à côté de la carte. Je me suis tenu à la table à côté d'elle, attendant patiemment. Elle s'est approchée, m'a attrapé par la taille et m'a tiré plus près d'elle. Elle a appuyé sa tête contre mon ventre et, de l'autre main, a doucement tapoté mon tube de chasteté à travers mon pantalon. "As-tu été un bon garçon aujourd'hui ?" s'est-elle presque murmurée à elle-même. J'ai jeté les yeux sur le sol sans répondre.


Après quelques minutes, je me suis doucement libéré de son emprise et me suis assis en face d'elle. "Tu sais, je n'ai pas mangé aujourd'hui. Ça te dérangerait de nous préparer une sorte d'apéritif ?" Elle a roucoulé avec tout son charme. Ce n'est pas possible, j'ai pensé, pas ce soir, c'est ce que j'obtiens pour avoir passé mon temps à rêver de ces choses. "Bien sûr", ai-je dit en faisant semblant de m'amuser. Je me suis levé, j'ai regardé dans le congélateur et j'en ai sorti un amuse-gueule congelé. En lisant les instructions, j'ai jeté un coup d'œil dans sa direction et j'ai remarqué que son verre était presque vide. J'ai allumé le grille-pain four, ouvert le réfrigérateur et sorti la bouteille de vin. J'ai débouché la bouteille en lui jetant un regard pour lui faire savoir que je savais ce qu'elle faisait. "Un autre verre, ma chère Déesse ?" "Oui, s'il te plaît, ça serait bien. Qu'est-ce que tu nous prépares ?" m'a-t-elle demandé gentiment.


Comme je m'apprêtais à répondre, le téléphone a sonné. Je lui ai jeté un regard rapide comme pour dire, pas question, non, non, non, ne pense même pas à répondre à ce téléphone. "Pourriez-vous répondre, ma chère ? Je réponds au téléphone toute la journée, vous comprenez." J'ai secoué la tête, pris le téléphone sur son socle avec l'envie de le jeter contre le mur et de le réduire en miettes. "Allo ? Oh salut maman, oui elle vient juste d'arriver, attends je vais la chercher." J'ai tendu le téléphone à ma déesse en mimant les mots "Ne reste pas longtemps, s'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît". Elle m'a pris le téléphone et s'est dirigée vers le salon pour ne pas être distraite par mes pitreries suppliantes. Je l'entendais dire : "Oh, tu as eu une mauvaise journée aujourd'hui, tu ne te sentais pas bien, qu'est-ce qui n'allait pas, est-ce que quelqu'un t'a aidé ?". L'appel n'allait pas être court.


Je me suis servi un deuxième verre et le premier verre de vin a décidé de faire équipe avec ma bite en cage pour conspirer une fin appropriée à ce dilemme. Je vais réparer le pont, j'ai pensé à voix haute, je vais juste jeter un coup d'oeil rapide, trouver un roi et aller droit au but. Je me dirigeais vers le pont quand je l'ai entendue claquer des doigts depuis l'autre pièce. Dieu que je déteste ça. J'ai levé les yeux pour la voir debout dans l'embrasure de la porte. Elle m'a montré son verre de vin. Je l'ai pris et le lui ai tendu. Elle a souri chaleureusement, a mimé les mots "merci, bébé" et a promené son beau corps de manière séduisante dans le salon. Presque foutu, je décide de ne pas prendre de risque. Tu en es déjà à 42 jours mon pote, avec la chance que tu as eue jusqu'à présent, tu couperas à une reine et elle le doublera.


Je me suis rassis en attendant que les amuse-gueules finissent de cuire. En sirotant mon vin, je me suis remis à fantasmer sur mon plan "royal". Je l'enverrais à l'étage pour qu'elle mette l'un de mes petits ensembles préférés. Ses bas blancs à hauteur de cuisse avec son porte-jarretelles noir et une paire de chaussures noires à talons aiguilles. Elle porterait un soutien-gorge push up noir, pas de culotte et son collier en or avec ma clé qui pendrait de manière séduisante. Je lui ai dit de me retrouver dans la chambre d'amis quand elle aurait fini de s'habiller. Je lui demandais de s'agenouiller devant moi et je lui expliquais les règles de la soirée. "Nous allons jouer au maître et à l'esclave ce soir", ai-je commencé. "Tu t'adresseras à moi en tant que Monsieur et tu feras tout ce que je te dirai de faire." Je l'ai ensuite fait asseoir sur le bord du lit pendant que j'enlevais ma ceinture en cuir. "Tendez vos mains." Je formais une double boucle arrière et je faisais passer ses poignets dans chacune d'elles. Je fermais la ceinture avec le fermoir et lui disais de rester assise. Ensuite, je sortais un de ses foulards en soie et l'enroulais autour de ses yeux, lui bandant les yeux.