• Pierre

Science fiction sexuel avec soumission et chasteté comme l'épreuve obeissance de chaste-t.com 7/13


Kyle a sifflé entre ses dents. "Merde. T'es pas excité comme une merde ?"

"J'espère être maintenu occupé en vous servant, monsieur", ai-je dit. "Nous avons également été formés à toute une série de techniques pour nous aider en cas de fringales."

"Donc vous savez ce qu'il faut faire ici, non ?" Kyle a dit. "Tu sais comment ça va se passer ?"

"Oui, monsieur", j'ai dit.

"Tu fais juste ce que tu dois faire et nous ferons ce que nous devons faire", a dit Kyle. Puis il a souri. Il avait même des fossettes de garçon. Les femmes le trouveraient séduisant, je le savais, mais son sourire me terrifiait. J'étais soumise aux caprices de ce garçon. "On joue tous aux familles heureuses, non ?"

"Oui, monsieur."

"Bon, alors, vous feriez mieux de vous mettre au travail. Et quant à vous..." Kyle s'est tourné vers ma femme. Elle lui a souri en retour et ils se sont embrassés. Au début, c'était juste un baiser, mais ils se sont embrassés à nouveau, à pleine bouche. J'ai regardé, mon visage devenant rouge, quand je l'ai vu glisser sa langue dans sa bouche. Puis, à mon horreur, j'ai vu son énorme bite commencer à remuer dans son pantalon. "Toi et moi, on doit se mettre au travail aussi."

Il a glissé sa main sous sa robe bleue. Elle a gloussé. J'ai entrevu ses cuisses douces et une paire de culottes blanches. Il a commencé à passer la main à la taille de sa culotte puis a hésité. Il a rompu leur baiser et s'est retourné vers moi. Ses joues étaient rouges et ses yeux étaient vitreux.

"Je ne t'ai pas dit de partir ?" a-t-il dit.

"Désolé, monsieur." Je me suis levée et je suis sortie de la pièce, la tête tournant et le cœur battant la chamade.


CHAPITRE 7 : Travail


À l'étage, ma chambre était la pièce que nous avions utilisée comme un petit bureau à domicile pour moi. Elle avait été convertie en une petite chambre basique pour moi. Le lit était un simple, avec un matelas fin et une couverture grise. L'ordinateur avait été enlevé. Nous n'étions pas autorisés à utiliser Internet ou le téléphone. Quiconque était pris en train d'utiliser Internet était castré. Ils utilisaient souvent cette menace. Cela assurait notre conformité.

Il y avait une armoire et des tiroirs, mais ils n'étaient pas destinés à recevoir des effets personnels. Ils servaient à ranger l'équipement domestique que j'allais utiliser. Bien sûr, j'ai trouvé des balais, des éponges, des épurateurs, des chiffons, une brosse de toilette, un plumeau, d'innombrables produits de nettoyage, un aspirateur. Une planche à repasser, un fer à repasser, un kit de cirage de chaussures. Même le matériel de nettoyage de la piscine était là.

Dans le tiroir du haut, j'ai trouvé le manuel que j'avais étudié pendant les trois derniers mois. Le manuel dictait les normes minimales d'un programme de nettoyage.

Passez l'aspirateur cinq fois par semaine, mais jamais quand ils sont à la maison. Le bruit est gênant. Nettoyer chaque salle de bain quotidiennement, y compris la douche et les toilettes, quelle que soit leur utilisation. Les draps de lit doivent être changés tous les jours. Lessive à faire tous les jours. Repassage quotidien.

J'avais mémorisé le manuel. Il était temps de se mettre au travail.

En quelques minutes, j'étais dans la salle de bains, à genoux devant les toilettes, avec des gants en caoutchouc rose, en train de récurer la cuvette. En bas, je pouvais entendre les grognements de Kyle et les gémissements de ma femme. Je ne l'avais jamais entendue faire ces bruits.

Ils avaient essayé de nous préparer à cette inévitabilité. Nous nous étions entraînés à contrôler nos réactions lors de séances de groupe. Nous avons tous dû développer des mantras pour nous aider à faire face au traumatisme d'entendre (et même de voir) nos femmes se faire baiser par un autre homme.

Cependant, aucune de ces sessions ne m'avait préparé à ma réaction. J'étais là, agenouillé au-dessus de leurs toilettes avec une brosse à récurer, à les écouter baiser, et soudain ma bite a commencé à durcir. Immédiatement, j'ai senti la cage métallique inflexible se resserrer autour d'elle, tandis que le gland de ma bite se gonflait contre les barreaux. J'ai senti l'anneau de ma bite glisser douloureusement contre la base de mon scrotum. J'ai été pris de vertige alors que tout mon sang semblait se précipiter dans ma bite - et pourtant la bite n'avait nulle part où aller. Je me suis agrippé au bord de la cuvette des toilettes et j'ai fermé les yeux, voulant que le bruit s'arrête, les gémissements d'elle, les grognements de lui.

Il n'y avait qu'une seule chose à faire. J'ai levé le bras et tiré la chasse d'eau, le bruit de l'eau bloquant heureusement le bruit.


Chapitre 8 : La punition


Dix minutes plus tard, des bruits de pas sur le carrelage de la salle de bain ont retenti derrière moi.

Du coin de l'œil, j'ai vu Kyle qui se tenait là, juste vêtu d'une paire de slips blancs. Son torse était sculpté, muscles pectoraux, abdominaux définis. Ses mains étaient sur ses hanches et il me regardait avec son sourire caractéristique, les yeux pétillants.

Dans une main, j'ai vu qu'il tenait une grande pagaie en bois.

Une correction constante est essentielle, nous ont-ils enseigné. Vous ne devez jamais oublier votre rôle. L'acte de soumission à cette correction vous permettra de rester ancré dans votre nouvelle vie. Cela vous rappelle que votre nouveau rôle n'est pas confortable, mais qu'il est essentiel.