• Pierre

Science fiction sexuel avec soumission et chasteté comme l'épreuve obeissance de chaste-t.com 5/13


Charles, l'homme musclé aux cheveux argentés, avait réussi à résister à l'entraînement, mais une fois qu'il a eu l'activateur appuyant sur sa prostate, je l'ai vu se mettre à quatre pattes, sur l'ordre d'un jeune officier, pour lécher sa botte avec ce qui ressemblait à de l'enthousiasme.

Après cela, Charles a cessé de parler lorsque nous étions en service de nettoyage, qu'il y ait des gardes ou non.


CHAPITRE 4 : Le retour


Après trois mois au centre d'entraînement, j'ai été déclaré reprogrammé avec succès. Je m'étais habitué à la sensation constante d'agitation du sperme non libéré dans mes couilles. J'avais trouvé du réconfort dans l'"activateur", et même du plaisir à la sensation de quelque chose qui frottait contre ma prostate. Je l'ai décrit comme 10% d'un orgasme, et sans aucun soulagement. J'avais maîtrisé toute la gamme des tâches domestiques. J'avais été capable de mémoriser et de réciter notre code. Et j'ai donc été autorisé à rentrer chez moi. J'allais enfin me retrouver face à face avec ma femme. On m'avait mis en garde à plusieurs reprises contre ces retrouvailles. Vous ne serez pas réunis en tant que mari et femme. N'espérez plus rien de votre ancienne vie. On nous a dit que nos femmes ne nous considéraient plus comme des maris.

Au centre de formation, j'ai été embarqué à l'arrière d'un camion avec trente autres personnes. Nos colliers étaient cadenassés contre l'intérieur du camion, nos mains étaient menottées devant nous, et nos chevilles étaient enchaînées à celles de chaque côté de nous.

Le chauffeur du camion était un jeune homme de 20 ans, aux deux bras tatoués et au nez percé. Il a claqué la porte arrière du camion et nous avons été plongés dans une quasi-obscurité.

"J'ai hâte de la voir", me chuchote à l'oreille l'homme à ma droite. Paul était un petit homme rondouillard à la peau rose avec lequel je m'étais lié d'amitié au centre. Il était assez bête pour être resté joyeux pendant la majeure partie de notre épreuve de trois mois. "Je sais ce qu'ils nous ont dit, qu'ils ne nous verraient pas de la même façon, mais je connais Beth. Nous avons été ensemble pendant près de trente ans, des amours de collège. Tu ne peux pas effacer ça en trois mois."

A ma gauche, Charles s'est moqué. "Tu te trompes, Paul." Il revenait vers sa belle épouse, qui avait l'air d'avoir subi de fréquentes opérations de chirurgie esthétique. "Ils vont continuer à fouetter ton gros cul jusqu'à ce que tu comprennes le message."

Après une heure, le camion a fait son premier arrêt. Le jeune tatoué a fait pivoter la porte arrière, a sauté pour libérer le collier du premier homme du mur et lui détacher les chevilles. La porte s'est refermée et nous avons attendu quelques minutes avant de reprendre la route. Un par un, nous nous sommes arrêtés et avons été escortés jusqu'à nos anciennes maisons, où nos épouses nous verraient pour la première fois dans notre nouvel état. On nous avait dit de ne pas attendre d'elles plus de sympathie que celle que nous avions reçue au centre de formation, mais Paul s'attendait clairement à ce qu'il soit différent et, si j'étais honnête avec moi-même, je le pensais aussi. Ma femme serait sûrement gentille.

Je savais que ma cage ne s'enlèverait pas, mais ensemble, nous pourrions trouver un moyen de nous soulager.

J'étais le troisième et dernier à être déposé. Le jeune tatoué m'a détaché les menottes et j'ai sauté du camion pour me retrouver dans le quartier où je vivais depuis près de dix ans. De grands arbres le long de la rue, de l'herbe tondue, et juste en face de moi, ma maison.

"Elle t'attend", a dit le jeune tatoué, en me cochant sur son iPad, mais sans me regarder. Il avait l'air de s'ennuyer. Son service était presque terminé, plus que deux livraisons à faire. "Je dois attendre que tu sois dans la maison - c'est un truc de chaîne de possession - alors dépêche-toi".

Je n'avais pas de sacs ou d'affaires. Nous ne possédions rien, maintenant. Je ne possédais même plus cette maison, bien que j'aie travaillé dur pendant la majeure partie de deux décennies pour rembourser l'hypothèque. On nous avait dit que les titres de propriété de tous nos biens avaient été transférés. Actions, voitures, fiducies, comptes bancaires. Ils n'étaient plus à nos noms.

Je me suis dirigé vers la maison, vers la porte d'entrée que j'avais franchie des milliers de fois. Mais aujourd'hui, pour la première fois, j'ai sonné à la porte.


CHAPITRE 5 : Les retrouvailles


La porte s'est ouverte et elle était là. Elle portait une courte robe bleu poudre, montrant les courbes auxquelles j'avais essayé de ne pas penser au cours des trois derniers mois. Ses cheveux, blonds maintenant, tombaient sur ses épaules nues. Elle était bronzée maintenant. Elle était maquillée, avec un rouge à lèvres rouge foncé que je ne lui avais jamais vu porter auparavant. Même du mascara.

Et tout de suite, j'ai vu qu'ils avaient dit la vérité au centre de formation. Ce n'était pas la même femme. Le regard sur son visage me l'a dit. Elle m'a regardé de haut en bas, examinant mon corps rasé, ma nudité et le collier autour de mon cou. Puis elle a vu le minuscule capuchon métallique où se trouvait mon pénis et son expression a légèrement changé - pendant une fraction de seconde, il y a eu un éclair de malveillance.