• Pierre

Science fiction sexuel avec soumission et chasteté comme l'épreuve obeissance de chaste-t.com 4/13


"Ils disent que l'augmentation des problèmes de santé est due à la faiblesse de la génétique fournie par le mâle, mais peu de recherches ont été menées pour savoir si d'autres facteurs pouvaient en être la cause. Le climat, les produits chimiques, la nutrition, la technologie. Mais les chercheurs ont trouvé un lien ténu avec un gène dans les spermatozoïdes masculins et certaines factions politiques ont réussi à en faire une hystérie de masse."

Puis Charles a expliqué pourquoi, même si la crise était réelle, la solution actuelle (à savoir la castration de près de cent millions d'hommes à travers le monde) n'était pas efficace.

"On ne fait pas progresser l'évolution en remplaçant des hommes comme nous par de jeunes voyous", m'a dit Charles en frottant une tache tenace de cendre d'oiseau. "Ils l'inversent, ramenant la race humaine à l'état d'homme des cavernes, privilégiant les muscles à la cervelle."

"Et ils transforment ceux d'entre nous qui ont un cerveau en femmes de ménage", ai-je ajouté en remplissant mon vaporisateur.

"Exactement", a chuchoté Charles.

Nous avions été déclarés génétiquement intenables et avions été envoyés dans des centres d'entraînement pour être reprogrammés. Nous n'étions pas des hommes. Notre but était désormais de servir ces hommes, qui seraient beaucoup plus jeunes que nous, ainsi que nos femmes, pendant qu'ils tentaient de faire avancer l'évolution "en avant".

Tel devait être notre nouveau but : la servitude domestique.

Ou plus précisément, l'esclavage domestique.

*

Apparemment, nous avions tous des instincts de soumission qui étaient, à des degrés divers, restés en sommeil. Il y avait de nombreuses façons de faire ressortir cet instinct, l'une d'entre elles étant d'appuyer sur le bouton. Il s'est avéré que le "bouton" était notre prostate et que ce "bouton" serait activé pendant la majeure partie de notre vie de non-hommes.

Nous avons été formés pour accueillir des "activateurs" de plus en plus grands qui étaient, d'après ce que j'ai pu voir, des plugs de cul. Les recherches montrent que la stimulation de cette glande active le réflexe de soumission. Nous étions plus susceptibles de suivre les instructions avec une prostate constamment massée.

"Je sais que cela peut sembler excessif, mais honnêtement, ils vous aideront à vous adapter plus rapidement", a expliqué Josiah, l'assistant social, en gardant tant bien que mal un visage impassible. "Certaines des nouvelles tâches qu'on vous demandera de faire ne vous viendront pas facilement, alors il est utile d'avoir un Activateur en place. Il limite votre réflexe de résistance."

J'étais dubitatif. J'avais l'impression qu'on nous disait de nous mettre des choses dans le cul, ce qui me répugnait tout naturellement. Néanmoins, on nous a donné un "kit d'entraînement" de sept plugs, de tailles croissantes, en commençant par un qui était aussi fin et étroit qu'un doigt. Je n'avais aucune envie de l'insérer dans mon anus, mais on nous a dit qu'il serait beaucoup plus facile d'y travailler nous-mêmes.

"Vous ne voulez pas qu'un activateur soit appliqué pour la première fois par quelqu'un d'autre, qui sera probablement inexpérimenté, et qui pourrait causer des dommages importants."

Déjà, mon esprit considérait qu'un dommage au moins médical pourrait entraîner un placement dans un hôpital - et que ce serait peut-être plus facile de s'en échapper. Cette pensée a été rapidement éteinte.

"S'il y a des dommages, vous serez placé dans un tube d'isolement pour réparer", nous a-t-on dit.

On nous a montré un tel tube. Un tube étroit en plastique dans lequel on nous forcerait à entrer, scellé, avec un tube plus petit allant dans nos bouches pour la nourriture et l'oxygène, avec des cathéters et des sacs de colostomie accrochés à nos tailles. J'étais claustrophobe et je savais que je ne me débrouillerais pas bien dans un tube d'isolement pendant un certain temps.

Je suis donc allée directement dans une cabine privée avec le kit de formation et j'ai commencé à travailler sur l'ouverture de mon rectum aux "activateurs". Les premières séances ont été douloureuses, mais, comme pour tout, nous avons partagé des stratégies, dont la plus efficace était l'utilisation de quantités abondantes de lubrifiant. Les mini tubes de dentifrice ne suffisaient pas, alors nous avons fait preuve de créativité en utilisant le savon liquide bon marché des douches, le beurre des tâches ménagères ou même notre propre salive. En quelques semaines, je parvenais à loger le troisième plus grand Activator.

Ils avaient raison : l'activateur a bien poussé mon "bouton". Je n'avais plus mal. En fait, d'une manière étrange, c'était la chose la plus proche du plaisir que j'avais ressentie depuis mon arrivée. Petit à petit, j'ai compris que c'était précisément comme ça que ça marchait. Les légers coups de coude sur ma prostate étaient stimulants, mais pour que l'activateur la frotte vraiment, je devais être à genoux, le front contre le sol, le dos arqué et les fesses en l'air. C'était une position incroyablement servile mais c'est seulement dans cette position que nous recevions le plaisir de l'activateur. C'était un moyen subtil mais efficace d'attacher un renforcement positif à notre soumission. Quand je récurais les sols maintenant, je me surprenais à mettre ma tête plus bas que le sol et mon cul plus haut que le sol. Je savais que cette position ne faisait qu'inciter les gardes à me frapper avec leurs fouets, une invitation qu'ils reprenaient fréquemment en passant.

J'ai vu les effets de ces activateurs chez les autres aussi.

Charles, l'homme musclé aux cheveux argentés, avait réussi à résister à l'entraînement, mais une fois que l'activateur avait appuyé sur sa prostate, je l'ai vu se mettre à quatre pattes, sur l'ordre d'un jeune officier, pour lécher sa botte avec ce qui ressemblait à de l'enthousiasme.