• Pierre

Science fiction sexuel avec soumission et chasteté comme l'épreuve obeissance de chaste-t.com 3/13


Des lits de camp de l'armée avaient été installés pour nous en rangées, mais il était difficile de dormir. Le pincement de nos cages à bite nous faisait tourner en rond. Au cours des premières nuits, nous avons essayé et partagé toute une série de techniques : un peu de pommade sous les couilles avant de s'endormir (on nous avait donné des petits tubes de ce produit, de la même taille que les dentifrices miniatures que j'avais l'habitude de recevoir en classe affaires dans les avions), dormir sur le côté avec l'oreiller entre les jambes, faire des exercices avant de se coucher pour s'épuiser et s'endormir, essayer des exercices de méditation pour ne pas penser à la situation désespérée entre les jambes.

Les premières semaines, pour la plupart d'entre nous, les cages nous pinçaient et nous tiraient inconfortablement, mais on nous disait d'être patients, et même reconnaissants.

Un homme nommé Andrew a refusé d'obéir. Il essayait de briser le cadenas de sa cage. Il se pavanait avec arrogance, refusant d'accepter sa position. Puis il a jeté une tasse d'eau sur un officier qui passait. Le troisième jour, quatre officiers l'ont traîné devant le reste d'entre nous. Un officier avait un mégaphone et nous a dit de regarder, ce que nous avons fait. Le minuscule engin de la guillotine était un produit. Andrew hurlait. Il n'y avait pas d'anesthésie. Ces officiers étaient pratiquement des garçons, pas plus de vingt ans, sans aucune formation médicale. La cage d'Andrew a été retirée et ses couilles maintenant libres ont été poussées dans le dispositif. J'étais engourdi en regardant. Le sang giclait, puis suintait. Les couilles coupées tombaient sur le sol dans une flaque rouge et collante. Andrew est devenu blanc et a perdu connaissance. Un officier a poussé un tissu plié contre l'aine d'Andrew et ils l'ont porté dehors.

Presque instantanément, un autre officier a ordonné à deux des hommes enfermés qui regardaient de nettoyer le désordre, ce qu'ils ont fait sans poser de questions. Nous étions prêts à tout pour garder nos couilles.

La menace constante d'une castration complète était la plus efficace pour assurer notre conformité. Même si nos petites bites et nos couilles pleines étaient enfermées, nous préférions de loin les avoir.

Donc, nous étions reconnaissants.

Nous ne serions plus autorisés à nous couvrir de vêtements. Nous étions dans la même classe que le bétail maintenant. "Vous ne verriez pas un troupeau de chèvres porter des pantalons, n'est-ce pas ?" Les cadets nous ont rassemblés d'un endroit à l'autre, en faisant des bruits de meuglement et en plaisantant sur le marquage de nos fesses flasques. Nous ne bénéficierions pas de beaucoup de privilèges humains, car nous avions été reclassés. Nous n'avions que deux vêtements amovibles, pour nous aider dans nos tâches : une paire de gants en caoutchouc noir pour le nettoyage et une paire de bottes en cuir pour les tâches extérieures. Les accessoires permanents étaient des colliers en métal cadenassés autour de notre cou et, bien sûr, nos cages à bite. Ils ne s'enlevaient pas. Si l'un d'entre nous était surpris à essayer de les enlever ou de les modifier, la punition était rapide.

Jour et nuit, le centre d'entraînement était patrouillé par des cadets portant à la ceinture des aiguillons électriques pour bétail. C'étaient des voyous de dix-huit ans en mal de pouvoir. La nuit, ils se pavanaient entre nos lits, le torse bombé, et nous faisaient taire au moindre mouvement ou grincement de cadre de lit. Nous étions cinq fois plus nombreux qu'eux - et ils avaient la moitié de notre âge - et pourtant nous étions absolument leurs prisonniers.

Nous leur envions leurs libertés, surtout le fait que leurs bites ne soient pas encagées. Nous nous surprenions à jeter un coup d'œil (ou même à regarder) sur leurs bourrelets sans entraves. Leurs bites pouvaient durcir, être caressées par des mains douces et délicates, être sucées par une paire de lèvres roses et une langue chaude, et baiser une chatte humide.

Nos bites étaient coincées dans de petites cages, rendues inutiles.


CHAPITRE 2 : Un nouveau but


La propreté est proche de la piété, nous avons été instruits dès le premier jour.

Les épouses ont gardé vos maisons propres pendant des siècles ; il était temps pour nous, représentants de notre sexe, de vous rendre la pareille. En nous occupant des tâches ménagères, nous pouvions aussi nous distraire de notre frustration constante.

Charles, le prisonnier musclé aux cheveux argentés, a marmonné que le fait de nous faire reprendre les tâches subalternes effectuées par les femmes avait également un but politique. Le gouvernement voulait que les femmes adhèrent à cette nouvelle initiative. "Ils veulent que nous choyions les femmes pour obtenir des votes."

La raison officielle, nous a-t-on dit, est que notre travail domestique permettrait d'offrir un foyer agréable à nos épouses et à nos sauveurs.

Des sauveurs, nous a-t-on dit, qui se sont levés pour sauver la race humaine de la crise évolutive qui la menace.

Petit à petit, j'ai appris à connaître Charles. C'était un ancien magnat de l'immobilier aux épaules larges. Il était sceptique quant à cette soi-disant crise. C'était l'un des hommes les plus intelligents que j'aie jamais rencontrés.

Un après-midi, lui et moi étions de corvée de lustrage de vitres dans le foyer. Un cadet à la mine renfrognée patrouillait dans le foyer et nous devions attendre qu'il passe avant de pouvoir parler. Et même là, nous ne pouvions parler qu'en chuchotant à voix basse.

D'abord, Charles a expliqué pourquoi la crise de l'évolution était un mythe.