• Pierre

Science fiction sexuel avec soumission et chasteté comme l'épreuve obeissance de chaste-t.com 12/13


"Ce serait un honneur de regarder, monsieur", ai-je dit avant de pouvoir m'arrêter. "Merci, monsieur."

Contre le mur de la chambre, à côté du grand lit, des crochets avaient été installés. Deux en haut, près du plafond, étaient destinés à attacher mes poignets - au-dessus de ma tête et très écartés. De même, les deux au sol étaient destinés à mes chevilles, qui devaient être écartées et fixées. Mais ce n'était pas suffisant. Mon collier s'attachait à un crochet central, ce qui signifiait que je ne pouvais pas tourner la tête. Une ceinture s'est attachée autour de ma taille, me fixant complètement au mur. J'étais immobilisé.

C'étaient les précautions à prendre. Aussi obéissants et domestiqués que nous étions, nous craignions d'entrer dans une colère noire en voyant nos femmes se faire baiser par un autre homme, et d'essayer d'intervenir. C'était un rituel sacré qui ne devait pas être perturbé.

Pour cela, ils nous ont attaché un gros bâillon dans la bouche. Nous ne devons même pas parler, seulement regarder. L'observation nous aiderait à comprendre notre but, ce que nous sommes venus faire ici.

La porte s'est ouverte et ils sont entrés, bouches fermées, défaisant les boutons et les mouches de l'autre. Il a embrassé son cou, sa gorge, et elle a rejeté la tête en arrière en gémissant. C'était comme si je n'étais pas là (ce qui signifie que je faisais mon travail). En voyant leur peau nue - son bronzage couvrait complètement son corps, je soupçonnais qu'il avait pris un bain de soleil nu au bord de la piscine. Sa peau d'un blanc laiteux. Ses seins fermes, petits mais pleins, dans ses mains. Il l'a jetée sur le lit et elle s'est débarrassée de sa culotte. Il a regardé sa chatte avec un regard affamé dans ses yeux. J'ai vu qu'elle était glabre, c'était nouveau aussi. Sa bite était énorme, veineuse, épaisse et longue, plus de neuf pouces.

Elle n'avait pas l'air effrayée. Elle avait l'air excité.

Il est tombé sur elle, une main guidant sa bite gigantesque en elle. Elle s'est agrippée aux draps et a crié, à la fois de douleur et de plaisir. "Putain !" elle a haleté.

Tout de suite, il a commencé à entrer et sortir d'elle. J'ai regardé ses fesses rondes et dures se balancer de haut en bas tandis qu'il s'enfonçait profondément en elle.

J'ai senti mon corps réagir, s'opposer, résister. Je m'entendais gémir dans le bâillon. Mon corps a essayé d'aller de l'avant mais il a été retenu par les liens. Les cordes et les ceintures me coupaient, m'empêchant de me projeter en avant.

Non, non, arrêtez, je disais, mais bien sûr, ils n'entendaient pas. Vous lui faites mal...

Ce n'est pas comme ça que je faisais l'amour à ma femme. Nos ébats étaient doux, lents, intimes. Je l'embrassais légèrement et m'assurais qu'elle était à l'aise. Elle faisait des bruits occasionnels mais était surtout silencieuse. Je ne l'avais jamais vue réagir comme ça. Je réalise maintenant que je ne l'avais jamais vue jouir.

Il l'a baisée pendant ce qui lui a semblé être une éternité. Nos ébats n'avaient été que brefs, cinq minutes tout au plus, mais Kyle l'avait labourée pendant ce qui semblait être trente minutes. À différents moments, il s'arrêtait, se retirait, se mettait à cheval sur son visage et lui faisait lécher la tête de sa bite. Il essayait d'en mettre le plus possible dans sa gorge, parfois en se mettant en position push-up au-dessus de son visage et en essayant de lui baiser la gorge, mais elle continuait à avoir des haut-le-coeur et à glousser. Puis il recommençait à la baiser. À un moment donné, il s'est retiré, l'a soulevée et a commencé à lécher et à doigter sa chatte. Son visage était rose vif et elle gémissait en faisant toutes sortes de sons inconnus. Il l'a amenée à l'orgasme de cette façon, pas une fois, pas deux fois, mais trois fois, avant de la baiser à nouveau. Il n'a pas joui lui-même jusqu'à ce que près d'une heure se soit écoulée. Quand il l'a fait, il a rugi, a enfoncé sa bite et l'a prise dans ses bras musclés.

Ils se sont allongés ensemble, essoufflés, en sueur et rassasiés. Je pouvais presque sentir la satisfaction de leurs reins, la légère sensation de vide dans ses couilles, le picotement de sa bite après le coït. Je pouvais encore sentir ma propre plénitude frustrante, mais d'une certaine manière, presque par télépathie, je sentais le crépitement du plaisir dans leurs reins. J'étais suspendu dans mes liens, presque aussi essoufflé qu'eux, des filets de bave pendaient de mon bâillon, mes yeux se voilaient.

J'étais à moitié endormi quand il m'a laissé descendre. J'ai tâtonné et détaché mon bâillon.

"Merci, monsieur", ai-je marmonné avec une mâchoire douloureuse. Les sangles du bâillon avaient irrité les côtés de ma bouche.

"Au lit", a dit Kyle.

"Oui, monsieur." Je me suis traîné jusqu'au lit et j'ai dormi profondément.