• Pierre

Science fiction sexuel avec soumission et chasteté comme l'épreuve obéissance de chaste-t.com 10/13


"Eh bien, elle suit la ligne", a dit Paul, "mais j'ai croisé son regard plusieurs fois et je peux dire ce qu'elle pense. Notre gars Blake est une petite merde. Hier soir, il a trouvé une trace sur un des verres à whisky, et regardez ce qu'il a fait." Paul s'est tordu en marchant pour me montrer une série de zébrures rouges fraîches sur son derrière. "Il m'en a donné vingt avec la canne ce matin, à fond. Si vous voulez mon avis, c'était l'empreinte de son propre pouce gras sur ce putain de verre - et c'était mon Maccallum à 600 dollars qu'il buvait !"

Paul n'était pas en forme et a lutté pour respirer pendant tout le trajet, mais il n'a pas cessé de se plaindre de l'état des choses dans sa maison. Il marchait à petits pas comme ceux d'un cochon dressé, sur ses pattes arrière.

Le bavardage de Paul a cessé lorsque nous avons atteint le point de contrôle du quartier commerçant. Il y avait deux cadets avec des aiguillons à bétail, parlant d'une fille que l'un d'eux essayait de baiser dans le cul. L'un des cadets nous a vus et a fait claquer ses doigts avec impatience, nous indiquant d'ouvrir nos sacoches et de les présenter pour inspection. Nos sacs ont été fouillés et nos poignets tamponnés en vert, tandis que les cadets continuaient à parler de leurs efforts pour avoir des relations sexuelles anales avec cette pauvre jeune femme. Ils ne nous regardaient même pas. L'effet de nouveauté avait disparu. Maintenant, ils avaient juste un travail de contrôle ennuyeux.

"Elle dit qu'elle a peur que ça fasse mal", a dit un cadet. "Je suis gentil, mais tout ce que je veux, c'est la maintenir au sol et la forcer."

"Ça s'appelle la position du Bucking Bronco", dit l'autre. "C'est quand elles essaient de vous éjecter mais que vous continuez à la chevaucher".

Paul et moi avons repris nos sacoches et avons continué à marcher. J'avais honte de me sentir jaloux des cadets. Je n'avais jamais été le genre d'homme à apprécier la perspective de forcer une femme à faire l'amour mais, après cinq mois sans éjaculation, ma frustration était constante.


CHAPITRE 9 : La chaîne de lavage


Après avoir fait nos courses, Paul et moi avons décidé de marcher un bloc supplémentaire pour voir si nous connaissions quelqu'un sur la ligne de lavage.

La Washing Line était un long câble qui passait entre deux grands immeubles du quartier commerçant, à environ quatre étages. Des projecteurs étaient installés sur les trottoirs pour l'éclairer toute la nuit. Ce matin-là, il y avait six hommes nus (ou plutôt des non-hommes) suspendus par les chevilles, les poignets attachés dans le dos. La plupart d'entre eux sont restés suspendus en silence, l'air fatigué et effrayé, mais l'un d'eux gémissait dans son bâillon et se balançait comme un poisson sur un hameçon.

"S'il vous plaît, laissez-moi descendre", criait-il. "Ça fait trois jours, s'il vous plaît..."

"Il ne sait pas qu'ils ajoutent des jours si tu continues comme ça ?" J'ai dit.

"Blake continue de menacer de me mettre là-haut", a dit Paul. "Il le fera un jour aussi, tu verras."

Les hommes étaient parfois laissés là-haut pendant des jours. Des bouts de nourriture étaient poussés sur des bâtons, pour que des bouches affamées puissent les attraper. De l'eau était pulvérisée par un tuyau et là encore, les bouches assoiffées essayaient d'engloutir toutes les gouttes qu'elles pouvaient. Certains pensaient qu'ils avaient de la chance lorsqu'ils étaient autorisés à boire autant d'eau qu'ils le souhaitaient, jusqu'à ce qu'ils réalisent que la seule façon pour eux d'évacuer leur vessie était sur leur propre visage.

Il y a moins d'un an, ces hommes sur la ligne de lavage auraient pu être des médecins ou des comptables, qui possédaient des yachts et voyageaient en première classe avec leurs belles épouses. On nous encourageait à mépriser ces hommes parce qu'ils faisaient des erreurs, parce qu'ils enfreignaient les règles, mais je me sentais plutôt soulagé, parce qu'aucun de ces hommes n'était moi.


CHAPITRE 10 : Docteur


Le lendemain, j'avais mon premier rendez-vous avec la clinique locale. Nous devions nous soumettre à des contrôles mensuels.

Une navette est venue jusqu'à la maison. Je suis monté à l'arrière et me suis assis sur un banc, où je me suis retrouvé écrasé entre deux autres hommes nus. J'avais entendu des rumeurs sur ce que le médecin pouvait faire pour vous. Le médecin pouvait vous examiner et ordonner l'ablation de la cage à bite. Cela pouvait n'être que brièvement pour l'hygiène de la peau, mais j'avais entendu parler d'un médecin qui avait exigé l'enlèvement pendant que le sujet venait à la clinique pour l'observation d'une infection.

Ils nous avaient dit à quoi nous attendre au centre de formation. Tout d'abord, notre cage serait nettoyée pour vérifier qu'il n'y a pas d'infection et que nous nous nettoyons de manière responsable. Si nous n'étions pas responsables, le médecin nous donnait une brochure (bien que nous ayons sûrement mémorisé cela).

Deuxièmement, nous devions nous accroupir au-dessus d'une cuvette de toilettes pour produire un échantillon d'urine dans un petit bocal. Troisièmement, une prise de sang. Quatrièmement, la pression sanguine, cinquièmement, le rythme cardiaque. C'était les mêmes tests médicaux qu'avant, sauf que maintenant c'était obligatoire.

Dans la salle d'attente, j'ai attendu avec douze autres hommes. Une réceptionniste a enregistré nos noms.