• Pierre

Pour commencer la chasteté Chaste-t.com offre la premier cage de chasteté


Il était menotté derrière son dos et faisait face au côté de son fauteuil. Debout, nu, à l'exception du bandeau et du dispositif de chasteté, il se sentait impuissant. Elle lui a demandé d'écarter les jambes. Il les écarte petit à petit. Lorsqu'il était sur le point de tomber, elle lui a finalement dit d'arrêter.


Le contact de son sac de couilles l'a surpris et a déclenché un mouvement de recul par réflexe. Comme il sentait que son équilibre était périlleux, il s'est concentré pour rester immobile. Il y avait une forte pression puis un doux massage caressant des couilles. Parfois c'était les deux boules et parfois juste une. C'était agréable et il pouvait sentir le début d'une érection. Puis le massage s'est arrêté et la main a disparu. La sensation de palpitation dans ses couilles se répercutait sur sa queue, la faisant grossir davantage. Il y a eu un clic, puis une traction sur la cage, alors que le verrou était enlevé.


Sachant qu'il n'y avait plus de verrou, il pouvait sentir la cage se resserrer autour de sa queue qui grandissait. Le silence a été rompu par le bourdonnement d'un vibrateur. Quand il a touché ses couilles, il y a eu une grande impulsion de sang dans sa bite. Cette impulsion a fait sauter la cage déverrouillée du poteau. La cage rebondissait de haut en bas à chaque impulsion qui traversait sa bite. Quand le vibrateur a été retiré, les pulsations ont ralenti jusqu'à devenir une légère pulsation. Le poids de la cage tirait sur sa queue à chaque pulsation. Le mouvement était une sorte de tourment de traction constante.


Un faible gémissement a quitté ses lèvres alors que sa bite raide était caressée et tordue. La cage était utilisée comme un manchon de masturbation et était lentement enlevée. Il appréciait ces sensations jusqu'à ce que l'extrémité de la cage soit proche de sa tête gonflée. Tous les mouvements de la cage se sont arrêtés. La cage était maintenue par une petite partie de sa trique enragée, juste avant la tête engorgée.


Le poids l'a fait dégonfler juste assez pour que la cage bouge un peu et frotte la tête. Quand elle a bougé, les sensations ont provoqué un gémissement fort et une impulsion d'orgasme intense dans la tête de sa bite. Alors que la bite atteignait sa pleine dureté, il a senti le vibrateur fermement sur ses couilles. Soudain, une nouvelle poussée s'est produite dans sa bite. Elle se dilate suffisamment pour que la cage se balance sur sa tête. L'extrémité de sa bite ressemblait à une boule d'attache qui se balançait sauvagement. Pendant qu'il se balançait, le vibrateur était retiré.


Entre chaque poussée de sa bite, la cage glissait très légèrement. Lorsqu'il se détendait dans l'espoir que la cage tombe, le vibrateur était à nouveau appliqué sur ses couilles. Il faisait maintenant intentionnellement vibrer sa bite dans l'espoir que la cage s'envole. Il souhaitait juste que le vibrateur s'en aille. C'était comme un choc pour lui quand il ne pouvait pas le voir venir.


Lorsque la cage s'est enfin détachée, il a eu l'impression que trois kilos avaient été libérés et il a dû s'empêcher de tomber en arrière. Puis il a pu l'entendre rire. Il y a eu un bruit qu'il a reconnu comme celui du fauteuil incliné en arrière. Elle se détendait et il savait que la séance allait être longue.


Maintenant, la sensation d'une main bien lubrifiée a commencé à glisser de haut en bas de l'arbre. Elle commençait à la base, et avec une bonne prise, se frayait un chemin jusqu'à la tête. Quand elle arrivait à la tête, elle s'arrêtait et pressait un peu plus. Un doigt se glissait sous la tête et frottait d'avant en arrière. La tête se dilate et ses genoux tremblent et luttent pour garder l'équilibre. Lorsque le frottement s'arrêtait, la main relâchait la pression et glissait jusqu'à la base pour recommencer. Toute notion de temps était perdue alors que le taquin était répété. Il y avait du mouvement dans ses couilles et il savait qu'il ne pourrait pas tenir longtemps comme ça. Comme l'orgasme qu'il voulait était proche, la caresse s'est arrêtée.


Il a alors senti le léger contact d'un pouce et d'un doigt lubrifiés entourer sa bite dure comme de la pierre. Ils ont commencé une course lente, prenant cinq à dix secondes pour aller de la base presque à la tête de sa bite. Une fois là, ils ont disparu. Cela a été répété trois fois quand il a senti que le pouce et le doigt lubrifiés l'encerclaient juste à la tête, et ne bougeaient pas. Il a haleté, n'essayant pas de bouger de peur de tomber, quand soudain les doigts ont donné dix ou quinze petits coups rapides sur la tête. Les coups étaient si rapides et la sensation si intense qu'il ne pouvait pas être sûr du nombre.


Les pulsations de son érection avaient pris le dessus sur son esprit et il n'a pas réalisé que la stimulation de sa tête avait cessé. Les doigts sont revenus légèrement à la base de son érection et cette procédure a été répétée plusieurs fois. Il avait perdu conscience de tout sauf de sa bite. Il se concentrait sur deux choses, son équilibre et les vagues de plaisir qui irradiaient de son entrejambe. Il pouvait sentir un peu de liquide qui était parti de ses couilles et qui se déposait juste avant la base de sa bite palpitante. Il pensait juste à la libération qui était à venir dans la prochaine série de caresses.


Il attendait que le prochain coup commence et essayait de remonter ses couilles pour se préparer au plaisir orgasmique qui serait bientôt le sien. Un gémissement a brisé sa transe érotique et il a réalisé que ce n'était pas le sien. Les derniers coups avaient été donnés depuis longtemps. Alors que la brume se dissipait dans sa tête, il s'est rendu compte que le vibrateur continuait à ronronner. Les gémissements sont devenus plus forts et il a également entendu une respiration lourde. Elle avait un orgasme très fort.

Il pouvait entendre les halètements, et avec le bandeau sur les yeux, il ne pouvait qu'imaginer ses seins gonflés et sa bouche ouverte. Son esprit pouvait voir ses hanches tournoyer et ses jambes se crisper tandis qu'un orgasme la traversait. Il voulait tendre la main vers elle mais sa position et ses menottes l'empêchaient de bouger. Sa bite rebondissait à la recherche de la friction nécessaire à l'orgasme.


Le vibrateur a été éteint et sa respiration est redevenue normale. Après quelques soupirs de contentement, il a entendu le bruit du fauteuil inclinable se lever. Il a senti un mouvement dans son entrejambe et pensait que la boule de sperme qui se trouvait juste à côté de ses couilles allait bientôt être libérée. Puis un choc ! Une serviette glacée était enroulée autour de sa bite et de ses couilles. Rapidement, son érection s'est complètement calmée. Quand la serviette a été enlevée, il a senti un mouvement dans la zone engourdie. Puis il a réalisé que c'était la cage. Il a compris quand il a entendu le clic de la fermeture du verrou.


Elle l'a remercié de lui avoir fait plaisir si bien et qu'elle en avait fini avec lui. Puis elle l'a informé qu'elle allait prendre un bain et qu'elle voulait qu'on lui lave le dos. Avant de quitter la pièce, elle a passé la main derrière lui, lui a mis la clé des menottes dans la main et a quitté la pièce.