• Pierre

La soumission extrême en chasteté avec chaste-t.com


J'ai débarqué chez Becky, j'ai enlevé mes chaussures dans le hall et je me suis dirigé vers la cuisine pour dire bonjour et me faire une tasse de thé. J'ai ouvert la porte et ma mâchoire a presque touché le sol.


Elle est assise sur l'îlot au milieu de la cuisine dans un incroyable deux-pièces, des bas, des talons de rêve, des lèvres et des ongles rouge vif, des yeux sombres et de grands cheveux blonds flottants. Instantanément, je suis excité et je me dirige vers elle pour l'embrasser. Comme je me mets entre ses jambes qui sont écartées alors qu'elle est assise sur l'unité, elle place sa main sur ma poitrine et me pousse en arrière. "Non, c'est moi qui commande aujourd'hui et c'est toi qui l'as demandé."


Je souris curieusement. Sachant que j'avais demandé à ce qu'elle ait le contrôle et que je lui avais parlé de mes penchants, je suis un peu incertain de ce qui m'attend.


Elle m'emmène jusqu'à son canapé et me fait asseoir, puis se tient derrière le canapé et moi et descend le long de ma poitrine, passant ses mains le long de mon corps et directement entre mes jambes. "Déjà excité ? Nous allons voir combien de temps cela va durer", elle me lève et m'ordonne de me déshabiller. Elle prend tous mes vêtements sauf mon caleçon. Elle m'a ensuite bandé les yeux et s'est mise derrière moi et m'a murmuré doucement à l'oreille : " Tu feras tout ce que je te demande sans poser de questions aujourd'hui, ok ? ".

"oui maitresse" je réponds.

"Suis-moi Adam" elle prend ma main et me guide, j'entends une porte s'ouvrir et avant de m'en rendre compte je suis sur son balcon, il fait froid, en plein jour et je ne porte que mes sous-vêtements.

Elle prend ma main et la menotte à la balustrade. Puis mon autre main, de la même façon. Puis je l'entends rire en me regardant, elle baisse mon pantalon et expose ma bite, elle soupire. "Adam, tu ne m'impressionneras jamais. Je suis tellement habituée à des bites plus grosses et plus épaisses. Tu ne fais même pas 15 cm. Je me sens déçue à chaque fois que je baisse ton pantalon et je ne mens pas."

Je l'entends partir mais revenir rapidement. Ce dont je suis content car je suis gelé. Je sens quelque chose sur ma poitrine. Je suis sûr qu'elle écrit quelque chose et mon esprit s'interroge.

Puis ça s'arrête, il y a une pause, puis clic, clic, j'entends une caméra.


"Tu es dans la merde maintenant Adam, si tu me déçois ou me fais chier, mes amis ne seront pas les seuls à voir ça."


J'entends la porte se fermer. Elle est partie et je reste là, froid, tremblant, nu, sur un balcon en plein jour, en espérant qu'elle revienne bientôt. ....


Mon rythme cardiaque s'accélère et je n'ai aucune idée si cela a duré une heure ou quinze minutes, cela m'a semblé une éternité. La porte s'ouvre et je sens enfin la chaleur de son corps contre le mien. Elle me détache les menottes et me conduit directement dans la chambre. Je suis allongé et mes mains sont attachées de chaque côté de la tête de lit.


Becky se met à cheval sur moi et taquine un peu ma queue. Je n'ai toujours pas eu de baiser et elle travaille ma queue avec sa main. Je suis dur comme de la pierre. Je suis tellement excité et j'aime ça.


Puis ça s'arrête. On m'arrache mon bandeau. Je me débats avec la lumière et je remarque qu'elle a quelque chose d'autre dans sa main. Elle a son lapin dans sa main. Le gros. Elle le tient à côté de ma bite et me sourit : " Pourquoi est-ce que je te voudrais en moi alors que celui-ci est tellement plus gros. Il est plus épais, plus long et fait tellement plus que toi. Vraiment, pourquoi est-ce que je te voudrais ?"

J'ai du mal à trouver mes mots. Je commence à marmonner.

Elle recommence. "Je vais jouer mais j'ai besoin de lubrifiant, suce mon jouet Adam, suce-le maintenant" et elle le pousse loin dans ma bouche. Je suis sous le choc de ce qui se passe. Elle continue à le forcer à entrer et à sortir, à entrer et à sortir. Finalement elle l'enlève et je le vois poussé entre ses jambes. Profondément en elle. Tellement plus loin que je ne pourrai jamais aller. Je suis impressionné de voir à quel point elle aime ça. Elle gémit et se penche en arrière en adorant ça. Je suis en érection et j'ai mal pour la femme de mes rêves et elle prend son pied juste à côté de moi, ignorant mon excitation.


Quelques minutes passent alors qu'elle joue et prend vraiment son pied. J'adore la regarder, mais ça finit par s'arrêter. Troublée, elle se lève et remet mon bandeau en place. J'entends des bruits et des mouvements dans la pièce, puis Becky me dit : " Je vais sortir maintenant, ne va nulle part ", elle rit en plaçant des écouteurs dans mes oreilles et en mettant la musique à fond.


Je n'entends rien d'autre mais je sais qu'elle n'est plus là. Mon érection se maintient pendant un moment mais commence à s'estomper au bout de cinq minutes environ. Je sens que mes couilles ont mal à cause de l'absence de décharge. Mon esprit s'interroge. Et se demande. Je suis si seul.

A en juger par la musique, je dirais que je suis resté seul environ 45 minutes. Je commence à me détendre, je suis à l'aise en dehors de mes couilles.... Puis ouch !!!! Je sens des brûlures sur mon corps, ma bite et mes couilles. Mes écouteurs se détachent à cause des secousses de mon corps. J'entends Becky rire. Elle a versé de la cire chaude sur moi.


"Où étais-tu ?" Je demande.

"Ça ne fait rien" me dit Becky, puis elle arrache mon bandeau. Elle est à nouveau en sous-vêtements et s'approche de moi. Elle s'avance et m'embrasse complètement, c'est le bonheur. J'aime totalement notre sexe mais les baisers le rendent parfait. Elle embrasse le long de mon corps, ma bite grandit et elle la prend dans sa bouche. Elle me branle et me suce férocement, elle me regarde droit dans les yeux et me dit sans détour " Je vais ruiner ton orgasme, je vais te faire jouir et le ruiner complètement ".



Elle continue à travailler ma bite. Je suis si proche, elle a la tête de ma bite dans sa bouche et utilise sa langue, je sens ma bite se contracter et mes couilles se resserrer, je ne peux pas m'arrêter, je couve dur, elle arrête tout mouvement. Mon sperme continue de couler mais je n'ai aucune sensation. Le sperme coule directement dans sa bouche, je la supplie de me sucer mais rien. On me vole mon orgasme et je suis tellement frustré.


Elle se retire et lève les yeux vers moi. Elle se lève, pousse ma tête en arrière, ouvre ma bouche et me rend mon sperme. J'ai failli m'étouffer en le prenant, je me sens vraiment vidé et utilisé. "Tu es tellement pathétique" me dit-elle en me regardant droit dans les yeux. Puis elle me quitte après avoir desserré l'un de mes poignets. Je me libère, me change et vais la voir. Elle sourit et me dit qu'elle s'est amusée et qu'il est temps de partir. Je prends mon téléphone et mon portefeuille et je pars. Au moment où je monte dans ma voiture, je reçois un SMS.


Vérifie ton portefeuille


Il me manque quarante livres, et il y a une photo de moi nue sur le balcon et "small cock slave" écrit sur ma poitrine avec du rouge à lèvres rouge vif.


Je reçois un autre SMS.


Merci pour le déjeuner, moi et mon ami avons adoré. Et oui, tu es baisé maintenant Adam x



C'est mon histoire insolente, j'espère qu'elle vous a plu.