• Pierre

La récompense après la chasteté comme avec les perles de chasteté de chaste-t.com 2/4


J'ai senti qu'on déverrouillait les entraves de mes chevilles et qu'on enlevait les talons. Les menottes ont été enlevées, laissant juste le bandeau en place. Maîtresse m'a conduite dans la chambre, m'a mis des menottes en cuir aux poignets et aux chevilles et m'a attachée sur le lit, la tête en bas, avant d'enlever ma cage. On m'a dit que les filles pouvaient me taquiner et utiliser mon corps comme elles le voulaient et aussi longtemps qu'elles le voulaient. Maîtresse m'a dit de profiter de ma récompense mais que je n'avais pas le droit de jouir. Je devais les avertir chaque fois que j'étais près du bord. Les filles ont été informées que les seules règles étaient qu'elles devaient rester silencieuses pour que je ne sache pas qui était sur le lit avec moi et qu'elles devaient s'arrêter chaque fois que je disais que j'étais proche pour me laisser me calmer et récupérer.


Des bruits de pas, la porte qui se ferme et le silence total. Je pensais être seule jusqu'à ce que je sente le matelas céder sous le poids de quelqu'un, d'abord à ma gauche, puis à ma droite. Quatre mains ont commencé à parcourir doucement mon corps, pinçant légèrement mes tétons, caressant mes couilles, caressant doucement mon érection qui se développait rapidement. Comme s'il s'agissait d'une chorégraphie, le toucher est passé de la caresse légère au ratissage des ongles. Le lit s'est déplacé à nouveau et une autre fille s'est jointe à mes pieds, ses ongles se sont joints à ceux de mes chevilles, remontant le long de mes jambes. J'avais maintenant six mains qui me taquinaient de mon cou à mes chevilles. Plaisir et tourment en même temps. L'action est devenue plus agressive. Des doigts pinçaient et tordaient mes tétons, deux jeux d'ongles ratissaient l'intérieur sensible de mes cuisses, et une autre paire de mains tenait et pressait mes couilles tandis qu'elle caressait lentement ma queue. Je gémissais devant le plaisir que mon corps ressentait quand elles se sont toutes arrêtées. Se déplaçant sur le lit autour de moi. Sont-ils en train de se lever ? Me quittent ? J'ai eu ma réponse quand les lèvres et les dents ont attaqué mes mamelons. Alors que je sursautais, une langue a couru le long de mon érection, la faisant sursauter suffisamment pour qu'elle puisse enrouler ses lèvres autour de la tête et commencer à me prendre dans sa bouche. Les filles sur mes côtés ont commencé à passer de mes mamelons à mon cou, m'embrassant profondément, glissant vers le bas pour mordiller l'intérieur de mes cuisses, lécher et sucer mes couilles... tout ce à quoi elles pouvaient penser pour utiliser leurs bouches. Parfois, j'avais trois bouches sur ma queue, l'une m'engouffrant dans sa bouche et les deux autres embrassant et léchant la base et mes couilles. Une fois qu'elles se sont mises à l'assaut, je n'ai tenu que cinq minutes environ avant de crier que j'étais prêt à jouir. Tout s'est arrêté et les mains ont commencé à caresser doucement mon corps pendant que je me calmais. À tour de rôle, chaque fille m'a embrassé doucement en se levant du lit. La porte s'est ouverte et refermée, puis le silence est revenu.


J'ai été laissé seul pour récupérer pendant ce qui m'a semblé être une éternité mais qui n'était probablement que de dix à quinze minutes lorsque la porte s'est ouverte et refermée. En quelques minutes, des corps féminins doux m'ont rejoint des deux côtés. De la chair chaude et nue contre ma peau alors qu'elles se frottaient contre mon corps et me caressaient doucement du cou à l'intérieur des cuisses, en évitant mes tétons, ma queue et mes couilles. Il semblait qu'elles avaient seulement l'intention de me taquiner jusqu'à ce qu'elles bougent. Le lit a bougé et l'une des filles s'est installée entre mes jambes tendues, tandis que l'autre s'est mise à cheval sur ma poitrine, face à mes pieds. Ma bite était couverte d'huile, les deux filles la tiraient et la caressaient pour s'assurer qu'elle était aussi dure que possible. Le mouvement s'est répété alors qu'une fille se déplaçait le long de mon corps pour abaisser sa chatte vers ma bouche et que l'autre chevauchait mon bassin pour abaisser lentement une chatte incroyablement serrée sur ma queue. Alors que ma langue était occupée à lécher une chatte, l'autre fille a commencé à se balancer lentement sur ma queue. Il était évident qu'aucune d'entre elles n'était pressée, car ma langue était dirigée là où elle était désirée et le rythme de l'autre était lent et régulier. Toutes les quelques minutes, l'une d'elles me pinçait ou me tordait les tétons, mais la plupart du temps, c'était deux chattes qui utilisaient mon corps pour leur plaisir. Cela ne veut pas dire que je n'appréciais pas ces activités. J'adore servir une femme oralement et cela faisait presque trois mois que je n'avais pas été autorisé à pénétrer une femme. Pourtant, mon plaisir était quelque peu diminué car je devais me concentrer pour ne pas dépasser les limites. J'essayais de trouver un moyen de faire comprendre à la fille empalée sur ma queue que je m'approchais trop quand ils se sont tous deux arrêtés et ont changé de place. Cette fois, elles ont monté leur jouet dos à dos. La fille qui utilisait ma langue a enroulé ses doigts dans mes cheveux pour guider ma bouche et contrôler l'intensité de la pression. L'autre avait ma bite pliée en arrière alors qu'elle se penchait vers mes pieds, créant une pression incroyable sur la tige. Chaque fois qu'elle se soulevait, elle s'arrêtait pour que seule la tête soit encore en elle. Elle fléchissait ses muscles dans cette position avant de glisser vers le bas pour m'engloutir complètement. Encore une fois, elle n'était pas pressée. Tout en continuant à me chevaucher, elle a commencé à frapper l'intérieur de mes cuisses avec ce qui était sans aucun doute une cravache. Les coups n'étaient pas durs mais sur la chair tendre qui était sa cible, ils ont attiré mon attention. Au bout d'un