• Pierre

La récompense après la chasteté comme avec les perles de chasteté de chaste-t.com 1/4


Avec la pandémie, les choses ont été un peu banales au cours des 10 derniers mois. La partie de bridge hebdomadaire a été suspendue, mais quelques filles passent nous voir de temps en temps. Je dois toujours les accueillir dans l'allée, leur ouvrir les portes, les aider à sortir de la voiture et les escorter jusqu'à la maison. Une fois à l'intérieur, elles ont toutes une pagaie favorite qu'elles demandent et je les sers comme je le faisais lors des parties de bridge.


Pendant la plupart de ces visites, je reste nue, sans ma cage. À l'occasion, la maîtresse me fait porter un string, une culotte en dentelle ou un tablier transparent. Le tablier implique généralement le port de talons de 2 ou 3 pouces. Cette combinaison me vaut beaucoup de taquineries de la part des dames.


Hier, on m'a demandé de m'assurer que la maison était impeccable, car Maîtresse recevait des invités aujourd'hui. Les filles ont toutes été testées pour le virus, elles sont revenues négatives et se sont mises en quarantaine pendant deux semaines afin de pouvoir se réunir. J'ai été informée qu'il ne s'agirait pas d'un jeu mais simplement d'une réunion pour que les filles puissent se retrouver. Bien sûr, on attendrait de moi que je prépare et serve des collations ainsi que des boissons à nos invités et, si je m'acquittais de mes tâches avec diligence, il y aurait une récompense. J'ai passé en revue mes notes après avoir nettoyé la maison avant d'aller au magasin pour m'assurer que le vin préféré de chaque dame serait à portée de main et au frais. Ce matin, je me suis levé tôt pour préparer les plateaux de collation et donner à la maison un dernier coup de chiffon avant de préparer le petit déjeuner pour Mistress. Mes notes incluent également la pagaie préférée de chaque dame, que j'ai disposée sur la table de l'entrée pour qu'elle puisse la récupérer lorsqu'elle entre dans la maison. Une fois la vaisselle faite, on m'a demandé de prendre une douche et de me préparer à accueillir les invités de Maîtresse. Après la douche, j'ai été envoyée sur le porche d'entrée dans ma seule cage pour attendre leur arrivée.


Quand ils sont arrivés, j'ai rencontré chacun d'entre eux dans l'allée pour les aider et les escorter dans la maison. Après avoir regardé chacun d'entre eux prendre la pagaie de son choix, je les ai conduits dans le salon pour rejoindre Maîtresse et j'ai été récompensée par quelques coups de pagaie "juste pour tester les eaux" avant de recevoir leur premier verre de vin. Une fois que tous les invités de Maîtresse sont arrivés, j'ai servi la première série d'en-cas et rafraîchi tous les verres. Pendant qu'ils discutaient, je me suis agenouillée sur le côté, hors du chemin, mais de manière à pouvoir garder un œil sur tout le monde, prête à répondre à leurs besoins. J'ai fait de mon mieux pour suivre le rythme mais, bien sûr, elles ont toutes trouvé quelque chose que je n'ai pas fait correctement ou assez vite parfois. Le fait que Maîtresse m'ait fait porter des talons de 3 pouces et que je sois entravée par une chaîne de 12 pouces entre mes chevilles a beaucoup contribué à la lenteur de mon service. Je savais que la plupart du temps, je n'avais rien fait de mal et que ce n'était qu'une ruse pour donner à la dame offensée une excuse pour évacuer sa "frustration" face à mon ineptie en appliquant quelques coups de pagaie sur mon cul qui rougissait de plus en plus. Tout cela faisait partie du divertissement que je fournissais et, honnêtement, cela ne me dérangeait pas. C'était pour le plaisir et aucune des claques n'était destinée à être plus que cela.


Les filles ont bavardé et bu pendant environ deux heures avant de tourner leur attention collective vers moi. On m'a ordonné de me tenir au centre du groupe, les yeux bandés et les mains menottées derrière moi. Les dames ont commencé à discuter de ma performance et de chaque "erreur" que j'avais commise. Au moment où je commençais à penser que la récompense mentionnée plus tôt pourrait être pour le groupe et non pour moi, la Maîtresse s'est approchée de moi et a demandé un vote sur mon sort. J'étais sûre à ce moment-là que j'allais recevoir une fessée collective pour mon "mauvais" service. Le vote a été unanime, mais pas ce que j'attendais. Ils étaient tous d'accord pour dire que, compte tenu du double handicap des talons et du fait que je boitais, j'avais bien travaillé. J'ai eu le mérite d'accepter sans me plaindre l'abus injustifié et planifié de mes fesses comme ayant été fait pour le plaisir. Le consensus du groupe était que j'avais plus que mérité une récompense.