• Pierre

La chasteté pour unir un homme et sa maîtresse 2/2

Voici la fin du récit d'hier:


J'étais en extase en profitant de ce que je fais de mieux parce que je le savoure plus que le sexe ordinaire, tandis que mon pénis se tend en vain contre ses limites. Je lape et bois son jus comme si je mourais de soif pendant qu'elle tremble et gémit pour que je suce plus fort, plus vite, baise-moi avec ta langue, PLUS PROFOND. ARRAAAGGGHHH, je vais jouir sur ton visage! J'étais baignée par ses incessantes éjaculations, cris et tremblements. Elle ralentit enfin, pousse ma tête plus bas et m'ordonne de lui lécher et baiser le cul avec ma langue. Je me suis conformé et pendant que je commençais ma quête, j'ai remarqué un goût salé et crémeux et quand elle a remarqué mon hésitation initiale, elle a attrapé l'arrière de ma tête et m'a poussé dans les profondeurs de son orifice.

"C'est plus comme ça, maintenant nettoie-moi." J'ai plongé aussi profondément que ma langue irait, souhaitant pouvoir aller plus loin. Cela a duré une éternité jusqu'à ce qu'elle soit rassasiée. Elle repoussa ma tête, quitta la table et retint mes mains. Je sens et j'entends le déverrouillage du dispositif de retenue, et, lentement enlevé, tandis qu'en même temps, la voix féminine est haletante pendant qu'elle est entretenue. Mon membre retenu se met au garde-à-vous tout en étant lubrifié et en érection complète. J'ai été taquinée sans pitié pendant ce qui m'a semblé des heures alors qu'elle était entretenue en criant plus fort, plus vite, plus vite ». Elle continuait à me caresser, elle sentait quand j'allais jouir et elle arrêterait de regarder mon pénis se contracter sur le bord implacable en riant de mon tourment. Elle en avait finalement assez et m'informa qu'elle allait me faire jouir. Elle a attrapé mes testicules en les tirant fermement vers le bas, elle a taquiné la tête de mon pénis et juste au moment où ma respiration s'intensifiait, elle savait que j'arrivais au point de non-retour et juste au bon moment juste avant mon éjaculation, elle s'est arrêtée. Le doux tourment de l'orgasme ruiné m'a fait hurler même avec le bâillon en place. J'ai été nettoyé avec un chiffon humide puis un sac de glace placé sur mon pénis encore dressé jusqu'à ce qu’il atteigne la taille pour être replacé dans la cage.