• Pierre

L'épouse dominante 1/4

Lia

s'est blottie derrière moi, ses tétons se pressant dans mon dos. Ma bite a frémi dans sa main. Elle a embrassé ma nuque, ce qui m'a donné des frissons.


"Je t'aime", ai-je marmonné en dormant.


"Je t'aime aussi", a-t-elle répondu en taquinant mon gland avec son pouce. "Ton anniversaire arrive bientôt. As-tu un autre fantasme que tu aimerais réaliser ?"


Instantanément, ma fatigue a disparu.


"En fait, j'en ai un", ai-je dit.


"Pourquoi ne suis-je pas surpris ?", a-t-elle dit en riant. "Allez. Crache le morceau, mais fais-le un peu moins énergique que le fantasme du dernier anniversaire de mariage. Je suis encore en train de me remettre d'avoir fait l'amour deux fois par jour pendant deux semaines, d'avoir bordé ta bite à chaque occasion possible et d'avoir refusé ton orgasme pendant tout ce temps".


"Mais c'était amusant, n'est-ce pas ?" Je l'ai supplié.


"Bien sûr que ça l'était, Bébé. J'ai adoré ça mais je ne pouvais pas vivre comme ça tout le temps. Ce serait trop épuisant !"


"Eh bien, comme tu le sais, j'adore les taquineries et les dénis. J'aimerais combiner cela avec toi jouant le rôle de la femme sexuellement dominante".


"Qu'est-ce que tu veux dire par 'sexuellement dominante' ?"


"J'aimerais que tu me bordes matin et soir bien sûr, mais ensuite j'aimerais que tu explores exactement ce que tu préfères sexuellement. J'aimerais voir le genre de vie sexuelle que tu aurais si tu n'avais pas à te soucier de me faire plaisir. Que ferais-tu si pour une fois dans ta vie tu pouvais être complètement égoïste et peut-être même un peu cruel ?"


"Complètement égoïste, à part te border deux fois par jour, tu veux dire ?"


"C'est un fantasme, Lia... un faux jeu, si tu veux. Dans mon fantasme, le bordage te libère de toute autre obligation sexuelle envers moi et tu peux m'utiliser de la manière que tu veux pour ton plaisir. De plus, au minimum, quelques minutes à m'exciter deux fois par jour, c'est beaucoup moins de temps que nous passons à faire l'amour normalement."


"Je pourrais t'ignorer, prendre des vacances sexuelles. Qu'est-ce que tu en penses ?"


"Eh bien, je suppose que j'espère que tu essaieras toutes sortes de façons différentes d'explorer ta sexualité. Je vais devenir fou de désir et ce serait bien que ton auto-exploration rende les choses pires pour moi, mais c'est toi qui vois."


"Donc si mon rôle est celui de la femme dominante, quel est le tien ?"


"Je suis ton esclave sexuelle, dévouée à ton plaisir et motivée par un désespoir sexuel extrême. Bien sûr, je n'ai pas le droit de me faire plaisir, donc il ne faudra pas longtemps pour que je devienne désespérée !".


"Et combien de temps durera votre petite "scène" ?"


"Eh bien, comme vous êtes la maîtresse, je suppose que c'est à vous d'en décider, mais je pense que nous devrions fixer une limite extérieure, disons un mois".


"Un mois, c'est une longue période pour toi sans libération. Même après une semaine, tu te plains d'avoir mal à la prostate et d'avoir les couilles gonflées. Comment allez-vous faire pendant un mois ?"


"En tant que maîtresse, tu peux me permettre d'avoir un orgasme de la manière que tu veux, mais me garder excité la plupart du temps fait certainement partie de mon fantasme. Je suppose que si je suis très mal à l'aise, je pourrais vous demander de me traire ou de me ruiner en orgasme pour relâcher un peu la pression."


"Donc pour résumer : pendant un mois maximum, tu veux que je te maintienne dans un état de frustration sexuelle totale. Tu veux que je t'utilise comme esclave pour mon plaisir pendant que j'explore ma sexualité. Cela semble intrigant mais si je m'engage, cela va demander beaucoup de temps, d'énergie et d'efforts et je ne veux pas que tu te dégonfles en cours de route ! Es-tu absolument sûr que c'est ce que tu veux ?"


"Oui... Je ne voudrais absolument pas que cela devienne un style de vie, mais j'aimerais essayer mon fantasme pour un temps limité."


"Très bien. Je pense que tu vas trouver ça plus difficile que tu ne le pensais. Un dernier orgasme pour ton anniversaire et ensuite je serai ta cruelle maîtresse pendant un mois."


C'était une semaine après mon anniversaire. J'étais très excitée. Fidèle à sa parole, Lia m'avait excité juste avant l'orgasme à plusieurs reprises pendant un quart d'heure chaque matin et chaque soir, mais il n'y avait eu aucun soulagement sexuel. Elle était très compréhensive quant à mon état de plus en plus désespéré, mais elle me rappelait souvent que c'était ce que j'avais demandé et qu'elle n'allait pas me décevoir. Chaque soir, après ma séance d'excitation, elle s'allongeait nue sur le lit pendant que je lui massais le cou, le dos et les pieds. Lorsque j'avais terminé, j'avais pour instruction d'enfiler mon short de lit et de me blottir derrière elle pour me réchauffer pendant qu'elle s'endormait. Comme l'esclave obéissant que j'étais censé être, j'ai gardé mes mains loin de ses jolis seins et de sa chatte, mais chaque soir, il devenait de plus en plus difficile de me contrôler. Pour rendre les choses plus difficiles, Lia s'habillait de manière très provocante. Lorsque nous regardions la télévision le soir, elle s'asseyait à côté de moi sur le canapé dans une robe de chambre soyeuse qui s'écartait fréquemment pour exposer ses seins ou ses cuisses, mais à part l'aguichage visuel, elle semblait totalement désintéressée par les jeux sexuels.


Je dois admettre que l'apparente indifférence de Lia à l'égard du sexe pour elle-même devenait un peu frustrante et décevante pour moi. On aurait dit qu'elle avait décidé de prendre les vacances sexuelles dont elle avait menacé. Dans l'espoir d'inspirer une ambiance plus romantique, j'ai proposé que nous sortions dîner. Elle a accepté sans hésiter et a décidé que nous devrions nous habiller pour l'occasion. Je me suis mis dans mon rôle d'esclave pour une m