• Pierre

Jeu de chasteté avec chaste-t.com pour ce couple surexcité 6/7


Oui, c'est ce qu'elle avait manqué. Au fur et à mesure que sa propre frustration augmentait, il commença à pousser plus vite et plus fort à l'intérieur d'elle, essayant, en exerçant une force supplémentaire, d'en tirer une certaine sensation lui-même. En vain, il était bientôt en train de la baiser comme un homme possédé, aussi vite et aussi fort qu'il le pouvait, s'enfonçant avec abandon, se déhanchant comme un étalon sauvage désespéré de sentir ce qu'on devrait ressentir en la baisant ! Il la baisait si fort mais ne ressentait rien. Il essayait désespérément de capitaliser sur le moindre petit bout de pression ou de sensation et de le transformer en quelque chose de plus grand. Il avait perdu le contrôle désespérément en se débattant et en baisant et pour ces moments, il ne pouvait pas être contenu.


Elle a apprécié qu'il soit déchaîné mais pas débloqué. Elle a été la bénéficiaire immédiate des semaines de pression qui montaient dans ses couilles, de la testostérone accrue, de la prostate pleine, et de ses meilleurs efforts pour le taquiner et le dénier. Il était dangereusement à la limite - un animal sauvage, maintenu sous son contrôle précis, avec toute cette énergie sexuelle enragée qui était auparavant littéralement gaspillée dans les égouts et qui était maintenant concentrée comme un laser sur elle. C'était trop drôle ! Il a continué à faire entrer et sortir sa bite gainée en elle, l'ouvrant largement, la remplissant, la frottant juste comme il faut. Et bien que les orgasmes clitoridiens soient de rigueur, elle s'est perdue dans la baise et dans la connaissance de la façon dont elle avait créé son propre monstre sexuel de mari qui se débattait dans la situation difficile dans laquelle elle l'avait mis. C'est surtout le fait de savoir qu'elle l'avait rendu ainsi et qu'elle avait l'intention de le garder ainsi qui l'a fait basculer à nouveau.


"A quel point veux-tu jouir pour moi, mari ?"


"Rhawrgertsblunderfthpth !" Il était incapable de former les mots.


"Dis-moi ! Dis-moi comment tu veux jouir pour moi !"


"Je veux jouir pour toi si fort que je peux le sentir !"


"Bien. Et tu vas le goûter. Tu peux enlever la manche maintenant."


Alors qu'il sortait sa bite, elle a pris une autre poignée de lubrifiant et a commencé à le caresser lentement. "Oh mon Dieu, ça fait tellement de bien ! Je suis tellement excité que je n'en peux plus ! Oh, mon Dieu ! Je suis si près de jouir ! J'ai tellement envie de jouir !"


"Tu n'as pas le droit de jouir !" elle me taquine. "Pas avant que je te le dise. Pas vrai ?"


"Oui."


Elle a continué à masser sa bite dure qui fuyait, juste assez pour qu'il soit sur le point de jouir, sans le faire basculer, pendant qu'elle parlait. "Haha - regarde toi. Je pense que tu ferais tout pour jouir en moi, n'est-ce pas ? Mmmmmmm... J'aime te voir comme ça, mari. OK, ne va pas n'importe où, je dois aller faire pipi. Attends, ça me donne une idée." Elle a continué à caresser méthodiquement sa tige. "Tu sais comment tu as écrit dans les règles que je pouvais te faire accepter les nouvelles règles pour le prochain tour de notre jeu ?".


"Oui." Il avait écrit cela dans l'espoir que si elle pouvait affiner le jeu à sa guise, elle voudrait continuer à jouer d'autres tours.


"Eh bien, pour le prochain tour, je veux plus de contrôle. Et tu as dit que c'est ce que tu voulais aussi, non ?"


"Oui."


"OK, donc au prochain round, on fera les choses à ma façon. Tu me feras des massages de pieds et tu me lécheras quand ça me plaira, comme maintenant, mais je ne suis pas obligé de te laisser faire tous les deux jours. Si je veux que tu le fasses trois fois par jour, nous le ferons, si je ne veux pas que tu le fasses pendant trois jours de suite, c'est ce que nous ferons. Je n'ai pas l'intention de t'ignorer, mais si on doit continuer ce jeu, ce sont mes conditions, d'accord ?"


"Oui."


"Et nous n'aurons pas de période maximale de refus. Vous aurez un minimum de 7 jours, mais au-delà, vous ne saurez pas quand je vous accorderai la libération."


"Mais ça pourrait durer éternellement."


"Eh bien, tu sais que j'aime trop te sentir jouir en moi pour laisser cela se produire, alors ne sois pas ridicule. Et ce n'est qu'un jeu entre deux adultes mariés et consentants pour s'amuser, après tout. Mais tant que nous jouerons à ce jeu, tu n'auras pas à dire quand tu jouiras la prochaine fois. Tu as dit que tu voulais que j'aie le contrôle. C'est à ça que ressemble le contrôle, bébé. Je peux te laisser jouir dans 7 jours ou je peux te faire attendre plus longtemps. Et ce qui est délicieux, c'est que tu ne sauras jamais quand je le permettrai parce que nous n'avons pas ces règles idiotes qui le laissent deviner. Tu aimes ça, n'est-ce pas ?" lui demanda-t-elle alors qu'elle le voyait se tordre d'extase à cause de ses coups érotiques lents et méthodiques qui gardaient sa bite prête à exploser à la moindre occasion.


"Oui", répondit-il. Il était tellement excité. Son attention était tellement focalisée sur les sensations dans sa bite. "Oh Dieu oui !" Il a aimé ça. Il aimait beaucoup ça ! Ça l'excitait tellement qu'il se sentait impuissant face à elle - le contrôle qu'elle utilisait pour qu'il se sente comme ça ! !!


"Et tu sais comment tu as écrit dans les règles que tu pouvais supplier pour une extension du nombre maximum de jours jusqu'à 35 jours ?".


"Oui", dit-il en se demandant à quoi il pensait quand il a écrit ça.