• Pierre

Humiliation de chasteté entre les mains de ma femme


Suite et fin de mon histoire:


Tina m'attira plus près d'elle par ma cage, jeta un oreiller par terre et sortit de sa culotte. Je me suis agenouillé, j'ai regardé Nina et elle m'a fait un clin d'œil. J'ai taquiné, embrassé et léché les cuisses et la foufoune de Tina pendant seulement 1 à 2 minutes avant qu'elle ne devienne très vocale, respirant irrégulièrement et hurlant alors qu'elle venait fort sur mon visage. J'avais peur que les enfants se réveillent et Nina a couru à l'étage pour les vérifier et s'assurer qu'ils restaient au lit.

"Sensationnel. Oh mon Dieu. Tout ce que je peux dire, c'est WOW ! Tina expira en tombant à la renverse dans notre confortable canapé en cuir, les jambes toujours écartées, sa foufoune luisante et sa poitrine se soulevant. J'ai ensuite regardé les deux autres et Betty a remporté la course pour avoir jeté un oreiller devant ses pieds. J'ai marché à genoux sur son oreiller et l'ai amenée à l'orgasme pendant 10 minutes. Elle était très précise dans ses demandes et super mouillée avant même que je ne la lèche la première fois. Elle a vraiment apprécié et m'a ensuite confié à Sara. Sara est une femme dominante, égoïste, parfois arrogante. Non seulement elle était excitée pour un grand oral pour la première fois depuis son dernier anniversaire, mais elle aimait l'idée de me rabaisser et de me posséder, bien que temporairement. Elle ne m'a pas seulement dit comment la lécher ; elle chevauchait mon visage fort, me maltraitant verbalement alors que Nina entrait. Je pouvais l'entendre, mais je ne pouvais voir que le cul de Sara glisser de haut en bas sur mon visage alors qu'elle se mettait sur mon nez, les lèvres, la langue et le menton. Nina parlait avec Betty et Tina mais je ne pouvais rien lui faire entre les cuisses de Sara. J'aime les filles parfaitement minces et serrées. Je pense que c'est son attitude garce et sa voix rauque que je trouve si sexy. Des trois femmes que je viens de soigner, si je devais deviner qu'une seule d'entre elles m'utilise comme ça, ce serait Sara. Alors qu’elle se jetait sur moi pour la cinquième fois, elle semblait ne pas me laisser respirer.

Le problème avec Sara est qu’elle a une grande gueule. Nos amis les plus proches connaissent ma vie de couple, mais si Sara se met à raconter des commérages sur moi dans le quartier, je serai un rejet social total.

Sara a serré mon visage entre ses cuisses puissantes une dernière fois avant de s'effondrer sur le deuxième canapé, essayant de reprendre son souffle et profitant de la lueur d'un enfer d'une libération sexuelle. Je me suis retourné vers Nina, en partie pour une approbation, une fierté, des encouragements ? Elle a sorti ma gaine de 9 pouces derrière son dos. Je savais ce qui allait arriver. "Qui veut baiser mon amant pendu Tyrone ?" Demanda Nina. Les filles regardèrent Nina un peu perplexes. «Quand j'en ai assez de l’oral et que je veux une pénétration, David enfile cette gaine de 9 pouces sur sa cage de chasteté et me baise avec. C'est incroyable comme ça me remplit et il ne peut rien sentir, ne fait pas de gâchis, ne se ramollit pas ou ne finit pas après 2 minutes. Nous jouons le rôle de notre voisin Tyrone. "

«Oh, » les filles l'ont compris. Et elles se regardaient avec des yeux gourmands pour savoir celle qui passera en premier. En fait, Sara était presque évanouie, donc ce n'étaient que Tina et Betty qui voulaient se faire baiser. Les deux ont apprécié leurs orgasmes mais c'était près d'une heure plus tôt. Elles en voulaient plus! Donc, nous avons gardé le même ordre. J'ai mis la gaine sur ma cage, alignée avec les lèvres minuscules, serrées et nues de la foufoune de Tina et j'ai lentement poussé dedans. Elle a crié, haleté. Après quelques efforts, j'ai réussi à faire entrer la tête quand Tina jouit la première fois. J'ai ensuite poussé un peu plus et je suis entré dans un rythme plus soutenu. Mais sa foufoune ne pouvait pas prendre toute ma grosse verge de 9 pouces dans sa petita foufoune de 5 pouces. Après seulement 10 minutes supplémentaires de baise, elle jouit à nouveau et me repoussa. J'ai fait de même pour Betty, même si j'ai pu la pénétrer plus facilement. Elle n'a pas réagi aussi bruyamment. Elle a simplement souri comme une folle alors que je sciais à l'intérieur et à l'extérieur de sa foufoune, de plus en plus profondément jusqu’à ce que je touche son col de l’utérus. Au début, ça lui faisait mal, mais après un peu de temps, elle s'est mise dans le rythme et a apprécié ma verge jusqu'à ce qu'elle jouisse 15 minutes plus tard. À ce moment-là, Sara a récupéré et ne pouvait plus être la fille étrange. Elle me jeta sur le canapé, chevaucha ma « verge » et se laissa tomber lentement. Elle était incroyablement mouillée et étonnamment, je me suis glissée assez facilement. Elle est devenue folle, surtout une fois que j'ai touché le fond mais elle voulait obtenir les 3 derniers pouces. Alors, elle s'est penchée en arrière, a mis ses jambes sur mes épaules et s'est empalée durement sur la verge. J'étais au fond d'elle et elle a jouit si fort dès le premier coup, j'ai pensé qu'elle s'évanouirait. Elle m'a dit de bien la baiser, ce qui dans cette position, assise avec ses jambes sur mes épaules était difficile mais je ne pouvais pas risquer de la décevoir. Elle était une folle sexuelle. Nous sommes ensuite passés au missionnaire et après 20 minutes de plus, elle a crié et giclé. Au début, elle était tellement embarrassée qu'elle a fait pipi partout sur notre canapé mais je lui ai dit que ce n'était pas de l'urine, c'était une giclée d'un orgasme vaginal. C'était sa première et elle a adoré. Les filles étaient toutes allongées sur le canapé, comme des droguées fixant le plafond, profitant des hormones qui traversaient leur corps. Avec quelques mouvements de doigts, Nina m'a fait vider tous les verres et la nourriture et monter à l'étage pour que les filles puissent se ressaisir.

J'ai entendu la porte se refermer, les portes de la voiture claquer, puis les filles sont rentrées chez elles. Nina est venue au lit et a chevauché mon visage. Quand elle en a eu assez, elle a dit à quel point elle était fière de son petit esclave et que je servirais ses amies chaque fois que l’une d’entre elles le demanderait. Elles ne veulent pas que leurs maris le sachent, nous avons donc dû être discrets. Nous nous sommes couchés ensuite. Je la câlinais par derrière alors que je pensais à comment je serais utilisé à l'avenir. Au début, c'était choquant et mortifiant, mais bon, j'aime manger de la foufoune et être utilisé par des femmes dominantes et exigeantes. Alors je les servirai la prochaine fois qu'elles me le demanderont mais j'aimerais vraiment jouir pour une fois….