• Pierre

Excitation chasteté pour l'été 3/4



"Oh avant que j'oublie, il a dit" maintenant que nous étions dans la voiture, "remonte ta jupe jusqu'à ta taille, ferme les yeux, pas de coup d'oeil". J'ai senti ses mains caresser mes cuisses douces, caressant la jonction entre elles et mes lèvres douloureuses, appréciant la peau lisse et veloutée près de ma chatte. Je gémissais maintenant, bien que j'essayais de ne pas le faire, alors que ses doigts s'insinuaient dans ma culotte pour taquiner ma chatte écumante, tournant et pressant mon clitoris et m'amenant au point de mon orgasme tant attendu. Je sentais le début d'un orgasme monstre, qui montait et montait en moi. Sans me soucier de l'humidité qui coulait le long de mes jambes, j'ai glissé vers l'avant sur le siège, j'ai écarté les jambes et j'ai pressé mon bassin dans sa main en criant pour en avoir plus. Puis il s'est arrêté, remettant ma culotte en place, et tandis que j'haletais de désespoir, il m'a dit que je devais attendre la fin du dîner, mais que je ne devais pas m'inquiéter, qu'il s'assurerait que j'avais de quoi me distraire. Avec un sentiment croissant d'horreur, j'ai baissé les yeux pour voir le minuscule vibrateur dans le gousset de ma culotte, pressé entre mes lèvres juste en dessous de mon clito, la télécommande dans sa main. La nuit allait être longue.


Le dîner a été une expérience incroyable, la nourriture était, comme toujours, excellente, et la moitié d'une bouteille de vin a été descendue sans problème, laissant une sensation de douceur. D'un autre côté, je ne pouvais pas rester assis, je me tortillais avec le besoin et je devais me concentrer pour apprécier ma nourriture. Le serveur était plutôt sollicité et très coquet, ce dont Ben a profité en mettant le vibrateur en marche à chaque fois qu'il s'approchait. Je suis sûre qu'il a deviné qu'il se passait quelque chose car il souriait à chaque fois que ma voix s'est échappée. J'étais complètement humiliée mais désespérément excitée. A la moitié du repas, ma culotte était trempée et je m'inquiétais de l'état de ma robe ! J'avais déjà été au bord du gouffre plusieurs fois. Je me tortillais sur mon siège, serrant les cuisses l'une contre l'autre et me crispant pour un plaisir supplémentaire, savourant le bourdonnement de mon clitoris gonflé et la glisse à l'intérieur de moi. Ben me souriait, avec amour, mais comme un homme prêt à faire des bêtises. Je n'en savais rien !


Nous sommes entrés dans la maison, enfin, je me suis dépêchée, je voulais de l'intimité, je voulais jeter mes vêtements et baiser mon mari sans raison. Ben a pris son temps, il est entré, a soigneusement accroché son manteau et m'a totalement ignorée alors que j'essayais de me faire connaître et de faire connaître mes besoins. Frustrée, j'ai défait ma jupe en la laissant s'étaler à mes pieds, je l'ai enlevée lentement, en pointant mes orteils et en exagérant la longueur de mes jambes en bas, puis j'ai monté l'escalier vers notre chambre en me déhanchant et en montrant à Ben ma culotte qui dépassait de ma chemise. Il a gémi, enfin une réaction, et j'ai senti son pas derrière moi, ses mains se sont levées et se sont posées sur mes hanches sous ma chemise, lissant ma peau et me donnant la chair de poule. Mon beau mari allait enfin me baiser.


Nous nous sommes précipités dans la chambre et sur le lit, nous embrassant fougueusement, sa langue entrant et sortant de ma bouche, me taquinant et me baisant, une promesse de plaisirs à venir. Je pouvais sentir son érection piégée contre ma cuisse nue et sa cuisse faisait crisser le vibrateur sur mon clito. J'ai déchiré sa chemise pour exposer sa large poitrine et j'ai passé mes mains dessus, me retenant un moment avant d'y enfouir mon visage. J'ai senti ses muscles et ses cheveux contre ma joue, j'ai senti l'odeur musquée de l'homme, puis j'ai commencé à embrasser doucement ses tétons en les effleurant avec mes dents. "Dis-moi ce que tu veux" a-t-il demandé brutalement, "supplie-moi pour ça". Je l'ai fait, comme une prostituée, j'ai supplié et plaidé, "baise-moi, merde, baise-moi comme tu veux. Utilise-moi, je te veux, j'ai besoin de toi en moi. S'il te plaît !


Pendant que je suppliais, il a bougé, a coincé mes bras au-dessus de ma tête et les a attachés avec des liens que je n'avais même pas remarqués. Je me suis tordue et j'ai poussé mes hanches vers lui, le suppliant, le suppliant avec mes yeux, "utilise-moi, baise-moi, abuse de moi", ai-je pensé en glissant de plus en plus profondément dans ma soumission. Il a déchiré ma chemise, les boutons ont volé et se sont éparpillés sur le sol, l'air était frais contre ma peau, choquant. J'ai poussé ma poitrine vers l'extérieur en soulevant mes seins vers lui et en attendant sa bouche. Je savais qu'il serait brutal, il aimait me tourmenter avec mes tétons sensibles et il ne m'a pas déçue. Il en a aspiré un dans sa bouche et l'a serré avec ses lèvres jusqu'à ce que je crie de douleur, puis il a répété l'opération avec l'autre téton. Je les ai regardés, couverts de salive, rouges et gonflés. La vue de ces tétons si lubriquement vivants, et la façon dont ils palpitaient, m'a bouleversée, provoquant une autre vague d'excitation.