• Pierre

Chasteté magnifiquement wouaff 7/8



Ah ! il avait l'intention de le jeter et a oublié de le faire, n'est-ce pas une chance (tu vois, plein de conneries). "Bien, va le chercher, chéri, regarde comme il est beau et propre".

Peut-être que ce soir il regrettera de ne pas l'avoir jeté comme il l'avait dit...

Je me suis habillée un peu. Un numéro gothique très coquin qu'il m'avait offert plus tôt dans la semaine (ça faisait partie de ses taquineries). Je lui ai fait regarder tous les jouets coquins de la boutique en ligne).

Je lui ai demandé de me frotter partout, y compris les pieds, et je me suis détendue pour le laisser adorer ma chatte, je suis venue très vite. "Mets le butt plug maintenant s'il te plaît chéri. Bien joué"

Je lui ai demandé de s'allonger sur le dos. J'ai frotté de l'huile de massage sur mes mains et j'ai commencé à lui faire une branlette (par-dessus sa cage, bien sûr). La frustration était évidente.

Je ne sais pas ce qui m'a pris alors ? Peut-être le pouvoir, la situation ? J'ai placé ma chatte au-dessus de sa bite en cage d'acier et je me suis abaissée lentement jusqu'à ce que mes lèvres se séparent sur le métal lisse et que des ondes de choc me traversent.

Sa cage ne fait que quelques centimètres de long donc c'était frustrant pour nous deux, pour des raisons différentes. Je suis monté et descendu de quelques centimètres à peine, juste pour que mes lèvres se séparent et s'étirent. Des coups brefs et rapides et j'ai joui à nouveau, de façon totalement inattendue !

Je l'ai regardé dans les yeux et lui ai dit : "Tu sais comment c'est maintenant, si je te laisse venir en moi, tu devras me nettoyer".

"Oui, chéri. Tout ce que tu veux".

"On dirait que mon jouet est sur le point de sortir de sa cage, chéri, tu dois être tellement frustré", lui ai-je dit, "est-ce que ce bouchon appuie sur tes glandes sexuelles" ?

"Oui, chéri, ça fait mal maintenant". Puis-je, s'il vous plaît, couper...

"Chut !"

"Alors" je demande. "Si tu pouvais avoir n'importe quoi dans le monde en ce moment".

"S'il te plaît, laisse-moi sortir", a-t-il lâché avant que j'aie fini.

Oh oui ! C'était tellement plus tôt que je le pensais, (vous avez déjà entendu parler de l'hameçon, de la ligne et du plomb. C'est l'hameçon juste là).

Je retire la clé de mon cou et la balance devant ses yeux. Il n'ose pas la toucher. Il la fixe comme un hibou qui suit une souris.

Je dépose la clé sur son ventre. "Ok" je réponds, "voeu exaucé. Tu peux laisser sortir MON jouet, mais pas toucher, je peux être assez possessif avec mes nouvelles choses".

Il me regarde fixement à mi-souffle, alors je continue "tu sais que je suis le seul à pouvoir jouer avec, n'est-ce pas ? C'était convenu. Je te laisse dix minutes pour le regarder, mais après tu devras le ranger".

J'ai mis mon doigt sur ma lèvre et j'ai forcé mon visage à faire une moue de réflexion. "C'était sept ou huit jours la prochaine fois ?"

Il n'a pas touché à la clé ; ses yeux se sont baladés entre mes yeux et la clé, essayant désespérément de comprendre comment il avait pu foirer si mal cette fois. (C'est. tellement. amusant !)

Je l'ai juste regardé avec amour, les sourcils levés, l'air vraiment inquiet.

"Wasamatter baby, tu ne veux pas la clé maintenant ? Ou tu veux réessayer ? Un autre souhait peut-être ?

"Oui, s'il te plaît, chéri, je n'avais pas réalisé, je... S'il te plaît, je peux faire un autre vœu ?"

"Bien sûr, bébé."

Je suis si gentille, n'est-ce pas ?

"Alors, si tu pouvais avoir quelque chose dans le monde..."

"J'ai besoin de venir ! S'il te plaît, laisse-moi venir".

Tu sais, certaines personnes n'apprennent jamais. Et c'est la ligne, juste là, Wow ! Même moi, je ne peux pas croire qu'il l'a foiré si rapidement... ENCORE UNE FOIS.

"Oh bébé, bien sûr, je n'avais pas réalisé, Ok. Tu as la clé, voici une lingette. Tu peux aller aux toilettes si tu veux et le faire là-bas." Pause. "C'est parti".

Son impression de poisson rouge est assez impressionnante ; il est évident que le cerveau de son pénis a un débat animé avec le cerveau de sa tête.

"uhh, b. b. mais"

Je continue donc à caresser sa cage... (visage d'ange, vraie compréhension, oui, jusqu'à présent je lui avais offert tout ce qu'il avait demandé.

"Quoi Bébé, tu veux plus ? Pourquoi... Tu as déjà eu deux souhaits, et tous tes souhaits ont été exaucés ce soir, n'est-ce pas ? Mais tu as toujours l'air de vouloir plus, peut-être un troisième vœu ? Oh, tu es un homme si gourmand ce soir".

Ahhh. Pauvre mari, si adorable avec cet air sur son visage, je dois l'aimer.

"Ok. Un dernier vœu alors, parce que tu as été tellement bon.

Il a commencé à respirer à nouveau, une chance, merci mon Dieu pour une autre chance...

"Donc, ton troisième souhait est ?"

"Toi, chéri, je veux que tu me fasses jouir", (et il y a le SINKER juste là).

"J'ai faim de ton contact" (oh cher, c'est l'heure des répliques mielleuses) "S'il te plaît, fais-moi jouir, chéri, fais que tous mes rêves deviennent réalité" (et un autre) "et mets fin à ça pour moi".

Finir ? Aucune chance monsieur, je ne fais que commencer.

"Ah !" Je fais un peu la moue "Tu veux que JE te fasse jouir. Pourquoi tu ne l'as pas dit ?


"Ok alors, pour ton troisième et dernier souhait, je vais te faire jouir", je dis "Je peux te faire jouir très fort".

"Oui, oui"

"Peut-être que je pourrais te monter, peut-être que je pourrais te sucer".

"Oui, oui, oui"

"Peut-être que je vais te taquiner jusqu'au bord d'abord et te sucer ensuite".

"Oh mon dieu oui"

"Et puis je te ferai avaler ça. C'est mon jouet, mais ce qui sort est à toi."

Maintenant, je l'ai fait réfléchir.

"Ohhhh Dieu s'il te plaît chéri, fais-moi ces choses maintenant s'il te plaît".

Wow ! Ça t'excite toujours autant. "Ok alors. Je vais m'assurer que tu l'avales aussi. C'est ton troisième souhait ? C'est ce que tu veux plus que tout au monde ?