• Pierre

Chasteté magnifiquement wouaff 5/8



Um... non pauvre bébé, ne t'inquiète pas, je l'ai ici, j'ai juste cette chanson en tête".

Quand il s'est levé pour déverrouiller, j'ai été assez surpris de voir comment mon petit jouet en cage se gonflait littéralement à travers les barreaux, et je me suis honnêtement demandé si la bite pouvait plier l'acier. Il a éclaté dès que le verrou a été défait, passant instantanément de M. Cornichon à M. Concombre. Je l'avais vraiment excité à ce point ? Wow ! Une tape dans le dos, copine.

Et maintenant c'était à mon tour de lui montrer à quel point je valais la peine d'attendre.

J'ai essayé une technique que j'avais lue, appelée "edging", qui consiste simplement à l'amener au bord de l'orgasme, puis à le faire redescendre et à recommencer. Je l'ai nourri de tout ce qui débordait (un autre de ses penchants) sans le consulter, et cela semblait juste alimenter sa frénésie.


Donc... je l'ai monté lentement. Toujours en train d'avoir des mini orgasmes moi-même, j'ai continué à le narguer et à le taquiner, l'amenant à l'ébullition, puis le relâchant complètement. "Couché, garçon, pas de sperme avant que je le dise" et j'attendais qu'il se calme. Rincer et répéter.

Finalement, je lui ai dit qu'il allait remplir ma chatte, que je pourrais même le nourrir de ma chatte après. C'est quelque chose qui, je le savais, le pousserait à bout (et je dois ajouter que c'est une sensation incroyable si jamais vous avez la chance d'essayer, ne pensez qu'à votre propre plaisir, ignorez les luttes d'en bas et foncez. C'est une expérience incroyable).

"Peut-être que je vais te faire lécher ma chatte, mes lèvres rouges gonflées bien baisées, ta propre tarte à la crème fraîchement préparée" et.... whoosh ! (Il est tellement prévisible), il s'est tordu et branlé pendant des heures. J'ai joui à nouveau juste parce qu'il a joui si fort... C'était agréable.

Mon mari avait l'air si drôle après avoir joui, il avait peur, il était nerveux, la panique s'installait, c'est la MOITIÉ du problème avec les hommes et ce type de fétichisme, ils veulent vraiment quelque chose et changent d'avis juste quand c'est prêt, et vous devez vraiment les forcer pendant qu'ils paniquent et plaident un changement d'avis. Eh bien, je traite cela comme un repas ; il l'a demandé, j'ai fait tout le travail difficile et je l'ai préparé pour lui et je suis littéralement en train de le servir sur son plateau préféré, et maintenant il a abandonné l'idée (Grrrr !!).

Eh bien, il est en train de le manger, putain ! Et il y a l'autre MOITIÉ de la partie déroutante. Après l'avoir forcé, à coups de pieds et de cris, il est tout "Wow ! C'était l'orgasme le plus incroyable que j'ai jamais eu"... (Yup, l'esprit d'un homme, ça n'a aucun sens).

Je pouvais voir qu'il pensait que je n'allais pas le faire, et en toute honnêteté, je n'avais pas prévu de le faire, mais ce regard m'a donné envie. Et puis merde, pourquoi pas, j'ai le contrôle maintenant, voyons s'il s'y est déjà habitué.

"Si jamais tu veux que MON jouet sorte et joue à nouveau, n'essaie même pas de m'en empêcher". Oh mon dieu, j'ai vraiment dit ça ? Oui. Oui, je l'ai dit, je ne sais pas ce qui m'a pris, mais j'étais tellement excitée, excitée, excitée et je voulais tellement faire ça, je tremblais d'impatience.

J'ai remonté lentement le long de son corps, en regardant l'horreur sur son visage et en y prenant de plus en plus de plaisir. Quand j'ai finalement posé mes jambes sur ses bras et les ai coincés, j'ai placé mes mains sur la tête de lit et j'ai abaissé ma chatte rasée et glissante sur ses lèvres. Je l'ai encouragé à me nettoyer "Oh oui, c'est bien" pendant que je me déplaçais en appréciant la douceur de la langue de mon mari après le martèlement précédent. Il s'est vite mis à l'idée, je savais qu'il le ferait, alors j'ai fermé les yeux, chassé de ma tête toute pensée sur le fait que ce n'était pas très féminin et j'ai profité du moment. "Oh, si bon, si agréable, oh putain oui juste là..."

Je pense que j'ai failli le tuer quand un orgasme m'a traversé. J'ai failli lui enfoncer la tête dans le lit, mais tout ce que je pouvais penser c'était . "Ça va définitivement être sur ma liste de choses à faire plus souvent", et quand mon orgasme s'est calmé, j'ai regardé mon mari, maintenant couvert de nos jus combinés (beurk ! Je suis heureuse que nous soyons sur SON oreiller), et j'ai dit "Ghost Busters".

Mon mari m'a répondu : "Oh, j'ai compris, je me suis fait dégommer, hein ? Je ne m'attendais vraiment pas à ça." Il était là, souriant d'une oreille à l'autre, les yeux brillants comme les lumières d'une ville lointaine. Il ressemble au Chat qui a eu la crème. Oui, j'ai dû rire en y pensant.

Je suis descendue et me suis allongée à ses côtés, épuisée par le sexe (j'ai inventé ce mot), puis je me suis endormie pendant un moment. Tout ce remue-ménage et ces orgasmes peuvent être un travail difficile pour une femme. Peu après, je suis revenu, j'ai donné un coup de coude au garçon baveux qui ronflait et j'ai dit : "Ok l'amoureux, remets-toi en cage. Tu connais les règles". Et c'est parti, aussi simple que ça.

"Essayons sept jours cette fois-ci" ?

Mon plan était bel et bien en marche (yip yip !) sept jours jusqu'au jour P.

Le jour suivant, il était redevenu normal. Toujours aussi serviable, mais l'enthousiasme avait disparu. C'est comme si tout l'amour, l'attention et l'enthousiasme avaient jailli du bout de sa queue (pas étonnant qu'il veuille se retenir. et maintenant je ne pourrais pas être plus d'accord).