• Pierre

Chasteté magnifiquement wouaff 3/8


n'est-ce pas ? C'est tout le contraire de la façon dont j'ai essayé d'obtenir ce que je voulais dans le passé.

Finalement, il sera tellement désespéré qu'il acceptera n'importe quoi et ensuite la cage se remet en place, il est donc impossible pour lui d'oublier, en fait, oublier serait une très mauvaise idée s'il veut envisager d'autres friandises ou libérations dans un avenir proche.

Ce que j'aime le plus dans cette idée, c'est que c'est "son idée" et qu'il va me remercier pour ça. C'est tellement tordu que j'adore ça ! Ce truc qu'il continue à porter (que je trouvais assez déplaisant) est maintenant considéré comme un gros, GROS plus : "Faites attention à ce que vous souhaitez" me vient immédiatement à l'esprit.

Donc mon cerveau fait tic-tac. Et notre nouveau futur ressemble à ça :

Je détiens la clé, (c'est mon cadeau pour lui). C'est à moi de décider comment et quand il aura un orgasme (c'est assez simple).

Je peux prendre possession de son pénis. Une fois enfermé, il est à moi. Mon jouet. Il ne le possède pas. Il est juste garé sur son corps. Il existe pour mon plaisir et mon amusement. Je peux le sortir et l'utiliser, puis le remettre en sécurité dans sa cage quand je veux. Vous seriez surpris de voir à quel point ce concept est puissant pour moi maintenant. (Pourquoi suis-je assis avec un sourire mauvais sur mon visage ?)


Il fera des choses pour moi en retour (cette partie me plaît). Et il sera beaucoup plus sensible à mes besoins (d'accord, à mes désirs, c'est la même chose), et je sais "exactement" ce dont j'ai besoin (yip yip).

Je pense déjà à l'avenir. Il arrête de se masturber. Bien. C'est une insulte que je ne supporterai pas plus longtemps.

Il est plus gentil quand il est dans le besoin. Alors, il s'éclipse en fantasmant sur Dieu sait quoi et se fait sauter dessus. C'est bye bye Mr le gentil, bye le sexe et bye bye Mr le prévenant. Salaud d'égoïste ! Il devrait me regarder, pas s'envoyer en l'air au pays des rêves. On apprend aux femmes que la masturbation masculine est bien... PAR LES HOMMES. Les hommes ne sont-ils pas pleins de conneries ?"

Désolé, j'ai fini de fulminer.

Le temps s'est écoulé et je dois continuer mes mille et une tâches sans fin (et inaperçues), mais mon esprit est maintenant rempli de possibilités. Le temps que mon mari rentre à la maison, j'ai un plan et je m'inquiète maintenant qu'il ait pu changer d'avis.

Et voilà qu'il arrive ; le pauvre petit bébé a eu du mal à s'asseoir à son bureau toute la journée.

Lumières, caméra, action !

"Hello Lover boy, dure journée au travail ? Pas grave. Pourquoi ne me fais-tu pas un bon moka, et quelques uns de ces biscuits aux amandes seraient les bienvenus, et ensuite je pourrai t'enlever cette petite clé avec son gros fardeau". "Fermez votre bouche, vous allez attraper des mouches".

Je m'assois, les pieds en l'air, et j'entends mon mari fouiller dans les placards, gémissant à voix haute et de plus en plus inquiet. "Je n'ai pas de biscuits", me dit une voix étouffée venant de la cuisine.

"Avant que je n'aie fini ma phrase, j'entends la porte claquer, des pas de course et la voiture s'éloigner. Ça va être tellement amusant.

J'ai apprécié mon café mais je dois continuer. "Tu peux me dorloter ce soir et je te parlerai à l'heure du coucher". J'ai dit : "Alors s'il te plaît, ne mentionne plus rien de tout ça d'ici là".

Il est d'excellente humeur toute la soirée. Pas même une peste, on finit par installer les enfants et on va dans la chambre.

"Ok chéri, j'ai lu un peu, je pourrais avoir à lire encore plus parce que te faire entendre raison peut être un travail difficile".


"Oui chérie" dit-il, visiblement très excité, et il continue "alors, tu veux faire quelque chose maintenant ?".

Typique ! "Non, je veux parler, et tout ce dont j'ai besoin c'est un oui ou un non, ok ?"

"Oui, chérie"

"Je vais garder la clé pour toi mais j'ai quelques règles simples, si ça ne marche pas, tu la récupères. Je vais garder la clé sur moi. Je la porterai peut-être pour te taquiner, mais c'est MA clé maintenant, et c'est mon jouet qui est enfermé là-dedans, donc tu ne dois pas y toucher, ni jouer avec, ni essayer de la sortir".

"oui, euh... je veux dire non chéri"

"J'essaierai de me rappeler de te taquiner et de vérifier que tu gardes mon jouet en sécurité. Tu n'as pas le droit de sortir tout seul sans permission, sauf s'il y a un vrai problème. Mais ne t'inquiète pas, je connais tes limites et je ne te pousserai pas à les dépasser. Enfin, pas trop. Ok ?"

Il m'a regardé comme s'il était soulagé d'un grand fardeau. "Oui, chéri. Je te remercie. Merci beaucoup"


"Bien" je dis, c'est la première étape, la confirmation que c'est vraiment ce qu'il veut, les hommes peuvent être assez confus sur ce qu'ils veulent vraiment, ça me rend folle.

Maintenant que j'ai la carte "mais tu l'as demandé", je peux commencer.

"Ca fait trois jours que tu n'es pas venu, n'est-ce pas ?" Je demande "Oui, chérie" "et tu ne t'es pas arrangée depuis ?" "Non, chérie".

C'est bien, ça va accélérer un peu les choses. "Bon mari. Alors tu veux t'amuser un peu ce soir ?"

"Oui... Enfin, si c'est ce que tu veux ma chérie".