• Pierre

Bapteme du feu Sadomasochisme, la meilleure école c'est chaste-t.com 6/8


"Pauvre bébé." Elle a roucoulé. "Si frustré. Tu essaies tellement de sortir, mais tu ne peux pas." Elle l'a conduit au lit et l'a fait s'allonger. Elle est montée sur lui et a chevauché sa taille, elle s'est penchée pour l'embrasser encore fort.


Fay s'est ensuite avancée et Dan était prêt à ce qu'elle s'assoie sur son visage. Aussi rapide qu'un serpent, elle a verrouillé ses poignets à des menottes qu'elle avait préparées, chacune étant attachée au lit. Dan a crié de colère, "Fay, arrête, pas encore !"


Fay l'a ignoré et a attrapé sa jambe pour y attacher une manchette en cuir. Dan a décidé de se battre avec elle pour la dernière jambe et lui a donné des coups de pied pour qu'elle ne puisse pas s'y accrocher. Fay l'a ignoré et est retournée à la tête de lit.


Elle lui a passé des menottes en cuir souple autour des poignets et les a attachées aux poteaux, en tirant assez fort. Elle a ensuite serré l'autre jambe et même s'il avait une jambe libre, il avait perdu beaucoup de force. Fay a de nouveau attrapé sa cheville et cette fois elle l'a fixée.


Fay a enlevé les menottes métalliques de ses poignets et les a jetées de côté. Elle a fait quelques ajustements et maintenant il ne pouvait plus bouger d'un pouce, à nouveau écarté et impuissant sur son lit. "Fay, c'est quoi ce bordel ? Pourquoi tu fais tout ça ? Qu'est-ce qui ne va pas chez toi ? Laisse-moi sortir de là !"


Fay n'a pas répondu, mais elle s'est déplacée pour qu'il puisse la voir. Elle tenait une clé. "Te laisser sortir ? Je peux, mais pas si tu continues à te comporter comme un enfant. Tu veux que je libère ta bite ou pas ?"


"Bien sûr ! Mais pourquoi ne pas me détacher aussi !?" Dan a tiré sur ses liens en vain.


Fay a secoué la tête. " J'ai pensé à toi comme ça tout le week-end. Ne veux-tu pas que ce soit moi qui dirige ? Tu es sans défense et je peux faire tout ce que je veux. A commencer par débloquer ta bite."


Fay a tripoté l'appareil pendant une seconde et soudain il était libre. Il était immédiatement dur comme de la pierre. Fay a murmuré, "mmm, c'est mon garçon" et a commencé à caresser sa bite. Dan était prêt à exploser.


Après des heures de jeu, Fay leur a finalement accordé une pause. Elle ne l'avait jamais détaché, mais elle avait pratiqué pratiquement tous les actes sexuels dont il avait entendu parler et quelques-uns qu'il n'avait jamais imaginés. Il s'est endormi à un moment, s'est réveillé en sursaut et a trouvé Fay en train de le chevaucher.


Elle avait dit "pourquoi le gâcher ?" entre deux gémissements. Même s'il n'était pas ravi de voir à quel point Fay était devenue perverse, il n'avait pas à se plaindre.


Dan a réalisé qu'il était réveillé depuis un moment, se remémorant tout ça. Il était toujours attaché solidement mais cela ne le dérangeait pas tant que ça, en pensant à ce qui s'était passé. Ses épaules commençaient à lui faire mal. Fay n'était nulle part. Il l'a appelée.


Fay est apparue dans la salle de bain. Elle s'était douchée et avait l'air propre comme une fille d'ivoire. Elle portait une robe rouge soyeuse qui ne cachait pas tout et ne faisait aucune tentative pour se couvrir. Il était étonné d'avoir encore quelque chose mais il s'est senti durcir à nouveau, seulement pour sentir sa bite se resserrer dans la cage. Elle l'avait encore piégé !


"Fay !!! Il a grogné.


Elle s'est assise sur le lit et l'a caressé sans rien faire. "Salut chéri. Ne me dis pas que tu en veux plus. Je ne sais pas si je peux le supporter, mon amour."


Dan était livide et n'avait pas la patience de flirter. "Bon sang. Non ! Qu'est-ce qui te prend de remettre cet engin sur moi ? Enlève-le tout de suite !" Il se débattait sur le lit, du moins aussi loin que les menottes le lui permettaient. Ce qui n'était pas loin.


Fay était surprise. "Oh chéri non, je n'ai pas remis l'appareil sur moi. Ce truc était une blague. Je t'en ai acheté un nouveau personnalisé ! C'est là que je suis allé. Normalement, le fabricant, ou je devrais plutôt dire l'artiste, n'en ferait pas sans prendre personnellement les mesures et jamais dans un délai aussi court. Mais c'est un ami et il ferait n'importe quoi pour moi. Et il est parfaitement adapté !"


Dan pouvait à peine former des mots. "Fay, arrête, je m'en fiche ! Enlève-moi ça, lâche-moi, et j'en ai fini avec toutes ces conneries !".


Fay a arrêté de le toucher et a pris un air choqué. Sa voix tremblait. "Dan, qu'est-ce que tu veux dire ?"


Dan était toujours énervé et aurait probablement dû faire plus attention. "Comme je l'ai dit Fay, j'en ai fini avec tout ça, avec toi, avec tout !"


Fay a commencé à pleurer. "Tu es en train de rompre avec moi ? Oh mon dieu Dan, non ! Je pensais qu'on tenait vraiment l'un à l'autre ! Je pensais que tu aimais le sexe, le kink, tout. Maintenant qu'est-ce que je fais ?" Elle se leva et se serra dans ses bras, s'éloignant de lui et quittant la pièce.


Dan se rendit compte qu'il venait de rompre accidentellement avec une personne instable qui non seulement l'avait attaché de manière inéluctable, mais qui avait aussi un dispositif verrouillé autour de ses parties les plus précieuses. Il a avalé de travers et a appelé. "Fay, chérie, je suis vraiment désolé. J'étais juste bouleversé. Tu peux revenir pour qu'on puisse parler ?"


Fay est revenue rapidement dans la pièce avec le bâillon. Elle lui a enfoncé le bâillon dans la bouche, le serrant douloureusement. Elle a fait une pause et l'a regardé avec mépris. "Tais-toi. Je ne veux plus rien entendre de toi."


Elle est partie, est revenue avec deux grandes valises et a commencé à y jeter des objets avec colère. Dan était terrifié. Il a essayé de la supplier, mais le bâillon l'empêchait de dire quoi que ce soit de cohérent. Mon Dieu. Il a tiré sur ses liens en vain.