• Pierre

Bapteme du feu Sadomasochisme, la meilleure école c'est chaste-t.com 4/8

Dan ne pensait pas que les jouets étaient généralement faits d'acier trempé et enfermés autour des organes sexuels d'autres personnes, alors il a essayé à nouveau. "Fay, et si ça s'entortille ou quelque chose comme ça ? Ca pourrait couper le sang de mon pénis et tu me traiterais de moignon. Tu ne peux pas me laisser comme ça pendant des jours !"


Fay l'a regardé et a soupiré. "Très bien. Si tu vas être comme ça, je vais te laisser les clés et tu pourras la déverrouiller plus tard. Mon dieu, tu agis comme si c'était une sorte de guillotine miniature. "


Le téléphone de Fay a bipé, elle y a jeté un coup d'œil, a hoché la tête et a détaché son collier. Elle l'a fait s'agenouiller au pied du lit et a accroché le collier à quelque chose de nouveau. Il était plutôt mal à l'aise là où il était, mais encore une fois, se plaindre ne semblait pas judicieux.


Fay l'a regardé et a vérifié ses menottes. "Si seulement tu pouvais être là à m'attendre comme ça." Elle a soupiré. "Tu vas me manquer. Envoie-moi un message. C'est un week-end chargé, mais je te rappellerai." Elle s'est penchée et l'a embrassé profondément sur la bouche, lui coupant le souffle.


Fay a hésité, comme si elle voulait rester, puis elle a secoué la tête et s'est éloignée. Elle s'est arrêtée sur le seuil de la porte et a rappelé, "le verrou de ton collier est un verrou de glace. Il ne peut pas tomber en panne et il faut au plus une heure pour le déverrouiller. Prends soin de toi, mon chéri !"


Dan n'a pas répondu. Tout ce qu'il voulait dire, c'était qu'il était mécontent de la situation actuelle et cela semblait la mettre en colère. Il avait aussi un autre problème, le baiser de Fay l'avait excité et sa bite essayait de s'échapper de sa petite prison. Ses couilles commençaient à faire mal à cause de la tension.


Après quelques minutes, il s'est calmé, en partie à cause de sa situation inconfortable. Il a réussi à se calmer et à contrôler sa respiration, ce qui a semblé l'aider. Il s'est penché en avant pour changer de position et soudain son col s'est libéré.


Dan n'était pas sûr du temps qu'il était resté là. Il se leva, titubant un peu à cause de la raideur et du fait qu'il était toujours pieds et poings liés. Il a regardé dans la chambre et n'a pas vu de clés. Merde. Avec un sentiment de pressentiment, il pensa que Fay avait peut-être tenu sa promesse de cacher les clés.


En pensant à des choses sombres, il est allé dans la cuisine et a découvert que Fay avait été gentille (en quelque sorte). Il y avait des clés et une note. Dan a ignoré la note et a trouvé la clé des menottes. Après quelques manipulations, il s'est libéré les poignets. Il s'est avéré que la même clé convenait pour les menottes aux chevilles, ce qui était pratique. Il y avait deux autres clés, dont une pour la chaîne de taille.


Il a regardé de plus près l'objet autour de son sexe. Il y avait un trou de serrure sur le côté qui semblait beaucoup plus petit que la clé restante. Il les a essayées quand même, mais aucune ne rentrait dans le trou. Merde Fay !


Il a inspecté à nouveau l'appareil. Il n'était pas chromé mais en acier inoxydable. Il y avait un tube pour son pénis qui se verrouillait dans une boucle autour de ses couilles. C'était assez serré autour de son scrotum, mais peut-être pouvait-il s'en échapper ?


Après quelques tentatives infructueuses, il abandonne. Pour l'instant, c'était ennuyeux et ridicule, mais ça ne semblait pas faire mal. Il avait peur de s'abîmer s'il essayait trop fort. Il a de nouveau maudit la méchante Fay. Il envisagea sérieusement de rompre avec elle maintenant, puis réalisa qu'il devrait probablement attendre de récupérer la clé de sa bite.


Dan a trouvé ses vêtements et s'est habillé. Dans la chambre, il a fouiné un peu partout. L'armoire était fermée à clé, ainsi que certains tiroirs de la commode. C'était étrange, il n'avait jamais vraiment vu de placard verrouillé. Huh. Le lit, après une inspection plus poussée, avait un certain nombre de crochets, de boucles et de points d'attache. Juste ce qu'il faut pour une bonne nuit de sommeil !


Il a rôdé un peu dans la maison. Les autres chambres avaient un décor typique de chambre d'amis, des restes de couvertures et autres. Rien d'autre de bizarre ou de pervers.


Dan continuait à ajuster le dispositif sur sa bite. Ce n'était pas inconfortable, mais elle rebondissait un peu quand il marchait. Il avait envie de faire pipi et n'y a pas pensé quand il s'est mis devant les toilettes. Soudain, l'urine gicle de partout par le bout de l'engin ! Heureusement, seule une partie est allée sur son pantalon et il a pu nettoyer le reste. Il devrait laisser Fay s'en occuper.


Il avait vraiment besoin d'exprimer ses sentiments à ce sujet. Il l'aimait bien, et jusqu'à ce que les choses deviennent vraiment bizarres, le sexe était génial. Mais il ne savait pas s'il voulait ce niveau de bizarrerie dans sa vie. Et où avait-elle eu ce truc sur sa bite ? Ce n'était pas un "jouet" comme elle le décrivait, mais un équipement assez sérieux.


Dan a décidé de lui envoyer un message. "Hey. Désolé de te décevoir, je ne suis plus enchaîné à ton lit haha. Oh, tu as oublié la clé pour l'autre chose. J'espère que tu as laissé un double quelque part dans la maison ? On se voit à ton retour."


Fay a répondu tout de suite. "J'attends mon vol, j'embarque d'abord des bébés oies et des scooters Rascal, lol. Désolé, j'ai 'oublié' <smiley face> l'autre clé. J'espère que tu me pardonneras, ma chérie ! Je ne voulais pas que tu me manques et que tu t'amuses avec toi-même."