• Pierre

5 mois de chasteté et tu seras récompensé par les perles de chaste-t-com 4/4




Je commence à le caresser avec ma main, et je frotte tout le pré-cum soyeux et lisse sur la tête, et j'écoute ses halètements et ses soupirs. J'implique mon autre main, je passe mes ongles sur son scrotum, et je l'écarte doucement de son corps quand je sens que ses orgasmes sont proches. Je descends plus bas, et commence à le caresser timidement, avant d'engloutir le bout de son pénis, et finalement tout le pénis, au fond de ma bouche. Comme je goûte le changement de saveur de son pré-cum, indiquant qu'il est proche d'un O, je me retire et tire doucement sur son scrotum.


Je commence à embrasser ses cuisses. Comme il est moins excité et plus concentré sur son cerveau, il passe ses doigts dans mes cheveux et sur ma nuque. Je gémis doucement quand il fait ça. Je remarque qu'il commence à faire un peu rose dehors - le soleil commence à se lever.


Je m'allonge à côté de lui, frottant doucement son membre et le poussant de plus en plus haut. D'après ses gémissements, ses soupirs et ses frissons, c'est de mieux en mieux. Ça s'est amélioré à chaque fois dans cette boucle temporelle, mais ça s'améliore aussi progressivement à mesure que la stimulation continue. Je le borde jusqu'à ce qu'il frôle l'orgasme. Je le pousse un peu plus loin, et il a un orgasme. Il n'est en aucun cas "satisfait", mais les choses sont très nettement collantes. Je continue, et j'en gâche un autre. Et un autre. Et un autre. Et un autre. À ce moment-là, Anymouse est bien au-delà de son esprit, et au-delà de toute limite de plaisir qu'il avait jamais rencontré auparavant.


Je lui donne un passionné, intense, baiser français, s'attardant plusieurs minutes. Mon corps est pressé contre le sien, et tous nos bras sont enroulés l'un autour de l'autre, et ses jambes sont également enroulées autour de moi. Je me retire, et j'embrasse sa gorge, sa poitrine, son ventre, et son pénis. Je commence à le lécher... doucement. "T'en veux encore ?", je lui demande. "OUI !", répond-il. "Qu'est-ce que tu veux ? Est-ce que tu veux ça ?", alors que j'embrasse doucement le bout de son membre en érection. "Ohhhhh !", est sa seule réponse. "Ou, est-ce que tu veux ça ?", je demande en prenant le bout dans ma bouche, et en léchant toute la tête." "AaaaaaaH !", est sa réponse, en même temps qu'il enroule ses mains et me gratte les épaules. "Ou, peut-être que c'est ça que tu veux ?", je demande, alors que je consomme avec avidité son érection dans ma bouche, dans ma gorge, alors que je passe les ongles de ma main droite sur son scrotum et que je glisse un majeur couvert de pré-cum de ma main gauche profondément dans son cul, en appuyant doucement vers l'avant.


C'était trop pour lui ! Il glapit, gémit, me griffe le dos au point que je suis sûr qu'il a fait couler du sang, serre mon corps contre le sien, me serre entre ses cuisses et m'envoie son jism chaud dans la gorge. C'est sûrement le O le plus intense qu'il ait jamais connu ! Cela lui enlève une grande partie de son esprit et de son énergie physique. En effet, il est évident que les Français ont assimilé la "mort" aux orgasmes. Habituellement, il s'agit du "petit mort", mais ceux-ci ne sont certainement pas petits, loin de là ! C'est ce qui a commencé par un O après 5 mois, et qui a été porté à des sommets de plus en plus élevés par des répétitions, ce qui ne pouvait pas être fait autrement que dans cette boucle temporelle du Jour de la marmotte. Il a atteint un niveau frénétique.


Le soleil est maintenant levé. Nous nous câlinons alors que nous redescendons tous les deux de notre éjaculation. Nous restons dans cette félicité post-orgasmique pendant un long moment. L'horloge ne change pas. Le soleil reste debout.


La marmotte voit son ombre. Nous sommes partis pour 6 semaines d'hiver supplémentaires. Il se peut que nous hibernions pendant ces 6 semaines pour nous remettre d'un Os à ce niveau - bien au-delà de toute expérience antérieure.